Les mystères de la marée noire

Les mystères de la marée noire
Les mystères de la marée noire

Depuis deux mois les plages du Nordeste sont polluées par du pétrole sans que l´on n´en connaisse l´origine, du pétrole brut largué très au large des côtes dans les eaux internationales et qui a déjà atteint neuf Etats du Nordeste. Les autorités ont tardé à réagir et l´inconsistance des informations laisse planer le doute sur l´origine réelle de cette marée noire.

Une catastrophe qui ne dit pas son nom

Les premières tâches noires sont apparues le 30 août sur des plages de la Paraíba et du Pernambuco. On pensait alors à un nettoyage de cuves d´un cargo, il est courant que des bateaux lavent leurs cuves en pleine mer, des « perles » de pétrole se retrouvant alors sur les côtes, un phénomène connu des plagistes par les tâches qu´elles laissent sous les pieds. Cette fois, tous les experts sont d´accord, au regard des quantités de pétrole déversées il ne peut pas s´agir d´un nettoyage de cuves. Au fil des semaines le pétrole s´est répandu sur 2.000 km de côtes, du Maranhão à Bahia, soit tout le littoral du Nordeste. Plus de 230 plages sont aujourd´hui touchées, compromettant fortement l´environnement et la santé des riverains, mais aussi la pêche et le tourisme, importantes sources de revenus pour cette région.

La population mobilisée pour le nettoyage du pétrole.

La population mobilisée pour le nettoyage du pétrole.

 Il aura fallu presque deux mois avant que le gouvernement fédéral n´admette, même si ce n´est que du bout des lèvres, l´ampleur du problème. Jusqu´ici une chape de plomb était maintenue sur ce qu´il convient d´appeler une marée noire, à tel point que même les médias ont tardé à réagir. Malgré les évidences, à ce jour l´urgence environnementale n´a toujours pas été déclarée, aucun signe non plus du côté du président, pas un survol des sites ou des nappes, aucune visite à une plage ou à une population sinistrée.

D´où vient ce pétrole ?

Les analyses indiquent qu´il s´agit d´une matière dense, visqueuse, noire et flottante. Pour la Petrobrás (1ère compagnie pétrolière brésilienne), cet hydrocarbure n´est pas brésilien. Une enquête est ouverte car, en août dernier, une trentaine de pétroliers ont croisés au large de la région. Il pourrait s´agir d´un naufrage, pourtant aucun pays, ni transporteur, n´en a signalé dans cette zone. Serait-ce une fuite lors d´un transfert de brut d´un pétrolier à un autre, peut-être même lors d´une opération de piratage.

Les résultats d´analyses informent qu´il s´agit d´un brut produit au Venezuela. Les autorités brésiliennes accusent donc ce pays d´acte criminel, ce que le Venezuela dément formellement en précisant qu´il n´a enregistré aucune fuite dans ses installations et qu´aucun de ses clients n´a signalé d´avarie sur des pétroliers. Même s´il s´agit de brut venezuelien, ce pays ne livrant pas de pétrole au Brésil, c´est un autre pays qui en serait responsable, ou en tout cas son transporteur. Ce week-end, le Brésil a officiellement demandé des explications à 11 pays succeptibles d´être liés à ce transport (la liste n´a pas été diffusée).

Prélèvement du pétrole par les enquêteurs brésiliens.

Prélèvement du pétrole par les enquêteurs brésiliens.

Entre omission et contradictions

Dans le Nordeste, la colère est vive, personne ne s´est donc soucié de l´ampleur des dégâts !? Le gouvernement fédéral a laissé les Etats et les municipalités concernés sans aucune aide et sans action coordonnée. Le pétrole aurait pu être contenu au large par des barrières flottantes, cela aurait peut-être évité qu´autant de plages soient atteintes, aujourd´hui plus de 230. On se pose alors des questions, pourquoi cette inaction, ce silence, ces explications aussi rares que contradictoires ? C´est d´autant plus troublant que le Brésil a les moyens techniques de découvrir l´origine des pollutions pétrolières, mais aussi de les détecter dès le début. Le CENPES, centre de recherches de la Petrobrás, est l´un des plus avancés de la planète, il peut identifier tous les pétroles produits dans le monde, et, grâce à ses partenariats avec les universités et l´INPE, l´institut des images satellites, tracer l´historique des nappes flottantes en fonction des courants marins et de la profondeur des lames de fond. C´est une technologie que le CENPES domine pleinement.

Un autre facteur interpelle, pourquoi seule la Petrobrás est engagée dans la gestion de cette catastrophe alors qu´il y a bien d´autres compagnies pétrolières dans le pays (privées il est vrai) ?

Ecologistes déversant du pétrole devant le Palais Présidentiel à Brasilia ce 22 octobre

Ecologistes déversant du pétrole devant le Palais Présidentiel à Brasilia ce 22 octobre.

Une population très mobilisée

C´est la population locale qui a bougé la première. Des milliers de personnes ont déjà retiré plus de 2.000 tonnes de pétrole des plages et continuent le nettoyage en espérant que tout soit propre pour la saison touristique qui commence en décembre. Les ONG et les écologistes protestent, ils sont allés déverser du pétrole devant le palais présidentiel à Brasilia afin de faire bouger le gouvernement.

Face à la grogne, le gouvernement a fini par dépêcher plus de 1.500 militaires pour participer au nettoyage, plusieurs organismes officiels liés à l´environnement y participent aussi, ainsi que la Petrobrás qui a détaché 600 de ses employés en renfort. Le gouvernement annonce aussi le déblocage de fonds pour indemniser les pêcheurs de la région. Mais tout cela ne répond pas aux questions, pourquoi le gouvernement a-t-il négligé cette catastrophe, mettant 35 jours à réagir ? Une des explications est que le département chargé des urgences environnementales était sans direction depuis mars, l´empêchant de prendre des décisions. Un nouveau directeur vient d´y être nommé, mais selon le ministre de l´environnement Ricardo Salles, ce poste n´était pas d´une « urgence essentielle ». C´est donc plutôt du côté des coupes budgétaires qu´il faut chercher ? On sait en tout cas que le secteur de l´environnement est l´un des plus affectés, des décrets présidentiels datant d´avril dernier ayant entrainé la fermeture de plusieurs comités, dont le PNC (Plan National de Contingence), décisif en cas de catastrophe, et qui n´a par conséquent pas pu être déclenché.

Faut-il annuler son séjour dans le Nordeste ?

Il serait impossible de présenter ici la liste des plages touchées (plus de 230) et il n´est pas facile non plus de connaitre le degré de pollution de chaque plage. Il y a de très grosses variations d´une plage à l´autre, certaines n´ont que quelques tâches éparses, à peine perceptibles, d´autres de véritables nappes de pétrole.

Le plus sûr, si on a réservé un séjour pour les vacances brésiliennes (décembre à février), c´est de consulter l´hébergement retenu, étant sur place il est le seul à pouvoir répondre avec précision, ou à défaut l´agence de voyages qui a vendu le séjour. Vu la mobilisation de la population, il y a aussi de fortes chances pour que la plupart des plages soient nettoyées d´ici décembre, à moins bien sûr que nous ne soyons qu´au début d´une catastrophe encore plus grande, impossible de savoir à ce jour.

Enfin, toutes les plages ne sont pas touchées, plus de 1.000 km de côtes dans le Nordeste sont épargnés, en réalité plus de la moitié des plages n´ont pas été atteintes par cette marée noire. Cela peut rassurer, mais en aucun cas ne minimise l´ampleur de la marée noire, la plus importante que cette région n´ait jamais connue.

Trajet de la marée noire

Trajet de la marée noire dans l´Atlantique, d´est en ouest, l´origine est à plus de 700 km des côtes. Sur cette carte du Nordeste les zones les plus toucheés sont les points sombres (initiales des Etats).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.