Tourisme à Belém

Tourisme à Belém

Comme expliqué dans le texte précédent, Belém est une ville fascinante par tous les aspects que cette grande ville amazonienne représente. Elle vaut donc le détour. Elle est aussi le point de départ pour une découverte des îles du delta de l´Amazone, dont celle de Marajó, la plus grande île fluviale du monde.

La carte postale

Si comme on l´a vu, Belém fascine et interpelle par sa position géographique, son histoire et sa culture, elle est une carte postale avec des revers dont on ne peut nier l´existence. C´est une grande ville à l´économie redynamisée, mais c´est aussi une grande ville d´une région pauvre, le nord du pays, ainsi que le nord-est, sont les deux régions les plus défavorisées du Brésil. Belém n´échappe donc pas aux problèmes sociaux et sécuritaires que connaissent toutes les grosses villes de ces régions. On est ainsi souvent dérouté par les images qui défilent losrqu´on visite la ville, tantôt par la beauté et la richesse de ses vestiges et l´exotisme de sa culture, tantôt par la pauvreté et l´abandon de certains sites et quartiers. Belém reflete parfaitement l´image de son histoire, riche puis décadente, revitalisée et dynamique mais toujours socialement profondément inégale.

Marché Ver-o-Peso

C´est la visite incontournable et l´emblème du tourisme à Belém. Le marché est éclaté en plusieurs pôles, comme le Mercado da Carne (viandes) et la Feira do Açaí (marché de l´açaí), tous situés aux abords de la partie centrale du Ver-o-Peso. C´est aussi une zone portuaire, pour l´arrivée des machandises en provenance des environs de Belém, enfin, c´est dans ce secteur que se trouvent d´autre sites de visites, comme le Forte do Presépio, la Casa das Onze Janelas ou encore la Estação das Docas, anciens docks aménagés en espace gastronomique et culturel, avec bars, expositions et boutiques. On doit donc se concentrer sur cette zone, le quartier s´appelle Campina et il borde la baie de Guajará qui baigne la ville avec le fleuve Guamá.

Sur le marché Ver-o-Peso, les parties les plus intéressantes sont celles de la restauration « à toute heure », une bonne occasion de voir tout ce que l´on fait de cuisine populaire, servie sur place aux abords de mini stands qui ne désemplissent pas et où le takaka, le tucupi et la maniçoba (voir sur prochain texte) tiennent le haut du pavé.

L´autre partie qui vaut le détour est le secteur des plantes médicinales, des gris-gris et toute sorte de potions  magiques et produits naturels qui promettent de tout guérir. Une autre partie est à ne pas manquer pour son style Art Nouveau, il date de 1867, c´est le Mercado de Carne (marché de la viande). Il est ouvert tous les jours sauf le dimanche, de 7h00 à 16h00 et le samedi de 8h00 à 13h00.

Le marché est ouvert tous les jours et c´est le matin qu´il est le plus animé. Si on est vraiment un lève-tôt, ou un couche-tard, c´est à partir de trois ou quatre heures du matin qu´arrivent les pêcheurs et les autres marchandises fraîches de la région. On peut donc visiter le Ver-o-Peso juste après ces arrivages et surtout la Feira do Açaí (marché de l´açaí), ce fruit du palmier originaire de l´Amazonie et qui est devenu la coqueluche des Brésiliens (voir article sur ce blog). Ici ce sont des tonnes d´açaí qui se vendent en gros, c´est très spectaculaire. Ces arrivages ont lieu à quelques centaines de mètres au nord du Ver-o-Peso, juste de l´autre côté du petit port et en contrebas du Forte do Presépio.

Un détail : Ver-o-Peso veut dire « voir le poid » (dans le sens de vérifier), car traditionnellement il y a une balance au milieu du marché où l´on peut aller vérifier que le poid de la marchandise achetée correspond bien au prix payé.

Le marché de l´açaí à Belem.

Le marché de l´açaí à Belem.

Forte do Presépio

Comme expliqué dans le texte précédent, ce fort « de la crèche » est le lieu de fondation de la ville et a donné son nom à Belém, qui veut dire Bethléem. Il ne reste pas grand chose du fort aujourd´hui, si ce ne sont quelques canons et des murailles qui donnent une belle vue d´ensemble de la baie et des environs de la ville. Cette visite permet aussi de découvrir, dans l´enceinte du fort, une exposition permanente de céramique índigène marajoara (de l´île de Marajó) et des objets des Indiens de la région, tous authentiques et bien sélectionnés. Le fort est ouvert tous les jours sauf le lundi  (gratuit le mardi) de 10h00 à 15h00 et le samedi et dimanche de 09h00 à 13h00.

Casa das Onze Janelas

Toujours dans le même secteur, la « maison aux 11 fenêtres » se trouve face au Forte do Presépio. C´est une demeure bougeoise du 18e siècle qui a appartenu à un riche producteur de canne à sucre. Aujourd´hui elle abrite un musée et une exposition permanente d´artistes brésiliens. C´est un des rares vestiges encore debout de cette époque et dans ses jardins se trouve un des fameux restaurants de la ville. La Casa das Onze Janelas est ouverte tous les jours aux mêmes horaires que le Forte do Presépio mais ferme à 16h00 (fermée le lundi et gratuit le mardi).

Estação das Docas

C´est l´ancien port de Belém, très longtemps abandonné il a été revitalisé et aménagé en centre commercial et culturel il y a quelques années. Les entrepôts restaurés abritent expositions, boutiques, bars et restaurants, il y a même un théatre, c´est non seulement un lieu de rencontre mais aussi de loisirs avec une vue panoramique sur la baie. L´ensemble est ouvert tous les jours sauf le lundi, à partir de 10h00 et jusqu´à minuit le dimanche et mardi, jusqu´à 01h00 le mercredi, et  jeudi, vendredi et samedi jusqu´à 02h00.

Estação das Docas, espace bars et restaurants en bordure de la baie

Estação das Docas, espace bars et restaurants en bordure de la baie.

En dehors du secteur Ver-o-Peso

C´est à Belém que se tient chaque année la plus grande procession du pays, le Círio de Nazaré, qui rassemble le second dimanche d´octobre deux millions de fidèles. Le cortège part de la catedral da Sé (qui se trouve elle aussi aux abords du Forte do Presépio) et se dirige vers la basílica de Nazaré, sur un parcours de trois km. Un véritable culte est voué à cette sainte à Belém, il est donc intéressant d´aller voir ce qui se passe du côté de la basilique. Édifiée en 1909 sur le site où fut trouvé en 1700 une image de la sainte, la basilique de Nazaré est la plus majestueuse des églises de toute la région amazonienne. Construite dans un style néo-classique, elle abrite l´image originale de la sainte, qui ne sort que pour la procession en octobre. La basilique est ouverte tous les jours de 06h00 à 20h00 toute la semaine, puis le samedi et dimanche jusqu´à 21h00, mais ferme pour le déjeuner le week-end entre 12h00 et 15h00, entrée gratuite. Elle se trouve sur la praça Justo Chermont, dans le quartier de Nazaré.

Theatro da Paz

Édifié en 1869 et 1978, il est l´une des plus belles illustrations de la richesse de la ville à l´époque du caoutchouc. De style neo-classique il se veut être une copie de la Scala de Milan, en plus modeste bien sûr puisqu´avec 787 places il est loin de la taille de la Scala qui en a 2030. Son nom lui a été donné en hommage à la fin de la Guerre du Paraguay, la paix ayant été signée en 1870, et l´on ne doit pas s´étonner si theatro s´écrit ici avec un H, lettre que le mot a perdu dans le portugais moderne. Les visites ont lieu tous les jous sauf le lundi, elles sont guidées(en portugais) et commencent d´heure en heure de 09h00 à 17h00, le samedi jusqu´à 12h00 et le dimanche jusqu´à 11h00. Visite gratuite le mercredi. Le theatro se trouve sur la praça da República, dans le quartier central de Campina. 

Museu zoobotânico Emílio Goeldi

Tout simplement connu sous le nom de musée Goeldi, c´est encore une des réalisations qui datent de l´époque du caoutchouc, puisqu´il fut fondé en 1871, même si le projet initial datait de 1866. Le 19e siècle est aussi la grande époque de l´intérêt des naturalistes pour l´Amazonie, le Brésil devait ainsi se doter de connaissances sur la faune, la flore et les natifs de cette région, alors presqu´inconnue. Rattaché au Ministère des Sciences et Technologies de l´époque, c´est en 1893 que le gouverneur du Pará recrute pour la direction du musée le zoologue suisse (Bernois) Emil August Goeldi qui sera chargé d´en faire le centre de recherches sur l´Amazonie (botanique, zoologie et ethnologie).

La mare aux nénuphars géants victoria regia dans les jardins du musée Goeldi

La mare aux nénuphars géants (victoria regia) dans les jardins du musée Goeldi.

Mission accomplie, puisqu´en 13 années de gestion, Emil Goeldi fera du musée le centre de référence sur l´Amazonie. Goeldi étend ses recherches dans la région située au nord du delta de l´Amazone, connue comme Amapá, territoire à l´époque revendiquée par la France, pour laquelle elle faisait partie de la Guyane. La présence des missions brésiliennes et la médiation de la Suisse, permettra de mettre fin au différent et attribuer Amapá au Brésil.

Les jardins du musée sont d´une incroyable richesse de végétation locale, il faut donc prendre son temps pour les découvrir, certaines sont très difficiles à voir en milieu naturel, comme les victoria regia (nénuphars géants). La faune locale est aussi très intéressante, parmi laquelle le lamentin, ou encore l´anguille électrique et bien sûr de nombreux oiseaux et primates, dont certains sont en liberté. Une partie aquariophylie avec les poissons amazoniens est à voir, tout comme les parties consacrées aux cultures indigènes. Si on a pas pu voir les céramiques marajoara dans le Forte do Presépio, on peut toujours se ratrapper ici, la collection est superbe. Le musée Goeldi se trouve dans le quartier de Nazaré, on peut donc combiner la visite avec celle de la basilique. Il est ouvert tous les jours sauf le lundi, de 09h00 à 16h00. Prévoir d´y passer plusieurs heures.

 

Pour conclure sur les visites

Il existe d´autres visites à Belém, j´ai choisi de ne citer ici que celles qui me semblent incontournables et qui cadrent pour un séjour de deux ou trois jours à Belém (attention, le lundi tous ces sites sont fermés). Lá où il n´est pas précisé que ces visites sont gratuites, les prix des entrées sont tellement dérisoires que je n´ai pas jugé important de les détailler ici, en général moins d´un Euro par personne.

 

A suivre à Belém : vie nocturne, gastronomie, hébergement, les alentours de Belém

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.