Jericoacoara, le boom touristique

Jericoacoara, le boom touristique
Jericoacoara, le boom touristique

Dans les années 1980 Jericoacoara n´était qu´un petit village de pêcheurs presqu´oublié au milieu des dunes à 300 km de Fortaleza. Aujourd´hui, c´est l´une des stations balnéaires des plus fréquentées du Nordeste, accueillant chaque année près de 700 000 visiteurs.

De la jangada à l´aéroport

Avant le début des années 80 personne n´avait entendu parler de Jericoacoara, ce n´était alors qu´une vila (hameau) constituée de simples maisons où vivaient quelques familles dont la ressource principale était la pêche. Jericoacoara faisait alors partie de la municipalité de Cruz ; en 1991 la commune de Jijoca de Jericoacoara est créée, un nom qui semble bien compliqué pour une municipalité de moins de 20.000 habitants. Jericoacoara est la plage de cette municipalité, dont le centre, et le siège, sont à 23 km dans l´intérieur des terres. Aujourd´hui, la plage et la station balnéaire de Jericoacoara sont communément appelées Jeri, près de 3.000 personnes y vivent toute l´année, mais en haute saison c´est 120.000 touristes par mois qui y séjournent.

Jericoacoara carte

Si aujourd´hui à Jericoacoara les pêcheurs se font rares et leurs traditionnelles embarcations, la jangada, encore plus, la commune s´est dotée un aéroport inauguré en 2017, ce qui permet d´écourter considérablement le trajet depuis Fortaleza mais provoque un afflux qui cause de sérieux problèmes à la commune. Désormais, il y a même des vols directs depuis les grandes capitales d´Etat, comme São Paulo, Belo Horizonte, Rio de Janeiro et Brasilia.

Avec une population qui augmente 40 fois en haute saison à Jeri, les besoins en eau douce sont énormes, dans une région où son accès et sa distribution ont toujours été problématiques. En 2018 une étude a permis de constater que 90% des puits y sont illégaux. A cela s´ajoute la question des égoûts, une grande partie des constructions ne sont pas reliées au réseau, les eaux usées finissant par polluer les nappes phréatiques. Parmi les autres aspects négatifs, il faut citer la spéculation immobilière et l´urbanisation des espaces naturels, et bien sûr les déchets. Jeri en produit en moyenne 2,4 kg par personne par jour, ce qui est plus du double de la moyenne nationale. Chaque jour au moins six camions transportent les déchets de Jeri vers les deux décharges à ciel ouvert situées dans l´intérieur des terres. Une coopérative de recyclage a bien été créée récemment mais elle ne récupère que 30% des plastiques. La municipalité n´est pas équipée, elle a promis une usine d´insinération, qui produirait en même temps de l´énergie, mais son implantation dépend d´accords intercommunaux qui se font attendre.

Pourtant, Jeri se trouve dans le périmètre d´un parc national où l´activité humaine est limitée. Mais là encore, la priorité ne semble pas pencher du côté de l´environnement. Fort heureusement, depuis quelques temps la population se mobilise et semble décidée à préserver le site, de nombreuses campagnes d´informations et actions de préventions y sont régulièrement organisées.

Le parc national de Jericoacoara, avec ses dunes de sable blanc

Le parc national de Jericoacoara, avec ses dunes de sable blanc.

Le parc national

Créé en 2002, le parc national de Jericoacoara a une superficie de 8.850 hectares qui s´étend sur trois communes, dont 60% sur Jijoca de Jericoacoara. Une grande partie des sites touristiques, cartes postales du lieu, se trouvent dans le parc, c´est pour cette raison qu´il n´y a pas de routes goudronnées et que l´accès est limité aux seuls véhicules autorisés, comme la jardineira (autobus, municipaux ou de tourisme, ouverts sur les côtés),  transport des déchets, livraisons ou services d´urgence (police, ambulance…).

Malheureusement, des véhicules d´activités touristiques, comme les buggys ou 4×4, ne respectent pas toujours les règles et les gardes forestiers (police environnementale) ont bien du mal à controler tout ce qui s´y passe, d´autant que de nombreux sports y sont aussi pratiqués, comme le surf, le kitesurf, le quad, l´équitation ou le windsurf, sans parler de la pêche, pourtant interdite dans le parc.Centre de Jericoacoara

Centre de Jericoacoara.

L´essentiel du parc est composé de dunes, de plages, de lagunes et de mangroves, il abrite 131 espèces d´oiseaux marins et 76 espèces d´animaux aquatiques, poissons, crustacés, mollusques et tortues. Si l´on regarde une carte de la région, on comprendra que le parc et la municipalité de Jijoca de Jericoacoara se trouve à l´extrême nord de l´Etat du Ceará, à 200 km du delta de Parnaíba et 386 km de Barreirinhas, point de départ pour visiter les Lençóis Maranhenses. Tout cela formant un des plus spectaculaires ensemble de sites naturels du pays.

Infrastructures et activités

Avec plusieurs dizaines d´hébergements, de toute catégorie, et de restaurants, Jericoacoara ne manque pas d´infrastrucures touristiques. A cela s´ajoutent les nombreuses échoppes, boutiques et agences de tourisme qui proposent des visites et actitivés dans les environs, Jericoacoara a de quoi occuper les vacanciers. Les visites se décident en général sur place, en fonction du temps et de l´afflux touristique. Par contre, si on opte pour un long déplacement en buggy par les plages, il est possible d´effectuer un circuit depuis Fortaleza, il est préférable de réserver à l´avance.

Sur place, l´activité principale, pour beaucoup, c´est bien sûr la plage. Lá, pas besoin d´aller très loin, la plus propice à la baignade est celle qui borde le village, on l´appelle d´ailleurs Praia Principal. Peu de vagues et une eau entre 25 et 28 °, c´est l´endroit idéal, surtout avec des enfants, elle est aussi très bien équipée en paillotes pour boire ou grignoter quelque chose.

Lagoa da Torta

Lagoa da Torta.

En buggy on peut rejoindre la Lagoa da Torta, en passant par le village de Tatajuba situé à 23 km de Jeri, c´est une des plus belles lagunes de la région, des hamacs sont disposés dans l´eau, en haute saison le lieu est bondé de monde. Une autre lagune des plus fréquentées est la Lagoa Paraiso, à 12 km de Jeri, elle aussi bien équipée en hamacs. On la préfère souvent à la Lagoa da Torta en raison de la couleur de son eau d´un bleu intense. Si on préfère s´isoler un peu, la Praia da Malhada n´est qu´à 10 minutes à pied de Jeri, en revanche elle est beaucoup moins propice à la baignade que la Praia Principal en raison des fortes vagues et des rochers.

Comment s´y rendre ?

Comme expliqué plus haut, la commune de Jijoca de Jericocoara est désormais accessible par avion depuis Fortaleza, mais aussi des grandes capitales du sud et sud-est du pays, São Paulo, Rio, Brasilia, Belo Horizonte… De l´aéroport on est obligé de prendre un transport approprié, comme la navette jardineira ou un véhicule 4×4 autorisé, car la route est une piste sabloneuse.

De Fortaleza, la capitale de cet Etat, le Ceará, il y a 280 km jusqu´à Jijoca de Jericoacoara, il faut compter un peu plus de 4 heures de route. En arrivant il faut trouver un parking pour y laisser la voiture et continuer par un véhicule autorisé, il y a encore 20 km pour Jericoacoara. Il est aussi possible de rejoindre Jijoca de Jericoacoara par autocar en partant de Fortaleza, avec plusieurs départs par jour, il faut compter entre 6 et 7 heures de route suivant les arrêts.

A noter : depuis l´année dernière Fortaleza est desservie par des vols directs Air France/KLM, avec 5 rotations par semaine sur Paris et Amsterdam. En plus des vols depuis Lisbonne, Milan, Francfort, Miami, Buenos Aires, Orlando, Panama City, Cayenne et Praia (Cap-Vert), ce qui en fait la ville du nordeste la mieux desservie par vols internationaux.

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.