Football, le sport préféré des Indiens

Football, le sport préféré des Indiens

Aucune réserve indienne n´échappe à la passion du football. Des dizaines d´équipes se sont formées dans le pays depuis les années 70, des rencontres intertribales sont organisées tout au long de l´année, une équipe indienne est aussi reconnue officiellement par la CBF (confédération brésilienne de football) et participe aux championnats nationaux.  

Entre tradition et intégration

L´arrivée du football dans les tribus indiennes a accompagné le rythme de l´avancée des blancs sur les territoires indiens, principalement au cours de la seconde moitié du XXème siècle. Tout indique que le football fait partie des premières « coutumes » blanches à s´implanter auprès des Indiens du Brésil. Aujourd´hui, le terrain de foot est même le premier élément non indien que l´on remarque en arrivant dans une réserve. On ignore si c´est la passion des Brésiliens pour ce sport qui est à ce point contagieuse, ou si le football était déjà dans la nature des Indiens, que l´on sait très sportifs. Toutes les ethnies ont leurs propres activités et jeux, dont certains font d´ailleurs aujourd´hui partie de l´entrainement des équipes de foot indiennes, comme par exemple la corrida de tora, qui consiste à courir avec un morceau de tronc d´arbre sur le dos, puis, sur le principe du relais, le passer à un autre coureur sans le faire tomber. Notons au passage que cette grume de bois peut peser jusqu´à 120 kg, selon le niveau des athlètes ou des compétitions.

Mais ce penchant pour le football peut aussi prendre ses origines dans un sport indigène, très connu des tribus du Mato Grosso et aujourd´hui répandu et pratiqué par les Indiens à l´échelle du pays. Il s´agit du xikunahiti, qui est surtout connu en portugais du Brésil comme futebol de cabeça. Comme son nom l´indique, dans ce « football de tête » on ne peut toucher la balle qu´avec la tête. Le jeu se pratique un peu comme le volley-ball, le but étant que la balle tombe au sol dans le camps de l´adversaire. Les équipes peuvent être de six ou de douze joueurs et les balles sont faites de sève d´arbre et de latex naturel. Le terrain doit être sabloneux et sans cailloux, car les joueurs se jettent souvent sur le sol pour éviter que la balle n´y tombe. Ce sport fait d´ailleurs partie des disciplines des Jogos dos Povos Indigenas (jeux des peuples indigènes, voir plus bas).

Matche de football de tête.

Match de football de tête.

Gavião Kyikatejê, équipe de 1ère division et Barça do Xingu

La première équipe de football réunissant des joueurs indiens s´est organisée en 1979 et s´est présentée sur divers stades brésiliens, dont le Maracanã. Elle était composée de joueurs de cinq tribus différentes, toutes originaires du centre-ouest du pays. La première compétition officielle s´est tenue en 1985 à São Paulo, mais ce n´est qu´en 1996 que le football indien s´est réellement distingué en devenant la vedette des premiers Jeux des Peuples Indigènes, organisés par le Comité Intertribal Indigène et le Ministère des Sports. Dans ces jeux, le football est présent avec des équipes masculines et féminines.

L´entrainement des joueurs indiens .

L´entrainement des joueurs indiens .

C´est Gavião Kyikatejê Futebol Clube  qui est la seule équipe professionnelle de football du Brésil, elle nous vient du sud-est de l´Etat du Pará (nord du pays). C´est la seule équipe indienne a jouer en 1ère division, elle est composée de joueurs de sept tribus différentes, mais aussi de quelques « blancs » à la peau noire, appelés en renforts (pour les Indiens tous les non-Indiens sont des blancs). Fondé en 1981, ce club devient professionnel en 2009 et se distingue par ses victoires qui le placent parmi les favoris dans son Etat, le Pará. Une autre équipe qui se distingue dans le football indien est le Barça do Xingu, rien que ça. Cette équipe est championne du Parque do Xingu, elle est composée d´Indiens Kamayurá. Ces grands admirateurs de Messi et de Neymar ont même adopté l´uniforme de leur équipe modèle (voir photo ci-dessous). Le Xingu est une des plus anciennes réserves indigènes du pays, fondée en 1961, elle couvre 27.000 km² au nord de l´Etat du Mato Grosso do Norte, près de la frontière de l´Etat du Pará. La réserve abrite 14 ethnies et près de 6.000 Indiens, chacune ayant son équipe de football et organisant régulièrement des compétitions, où se distingue très nettement les bleus du Barça do Xingu.

Le Barça do Xingu.

Le Barça do Xingu.

Jeux des Peuples Indigènes, le foot en vedette

Les Jogos dos Povos Indigenas, qui sont en quelque sorte les J.O des peuples natifs, comportent 16 disciplines inspirées des sports ou activités pratiquées par les Indiens, dont sept brésiliennes, seul le football est d´inspiration « blanche ». Leur déroulement n´est pas aussi régulier que les J.O, la dernière édition ayant eu lieu en 2017 au Canada et la précédente en 2015 au Brésil. A cette occasion, 1.800 athlètes de 23 pays étaient réunis, 24 tribus brésiliennes y étaient représentées. Le football y est divisé en deux compétitions, masculines et féminines, où les équipes brésiliennes se distinguent toujours très nettement. Parmi les autres disciplines, on retrouve la natation, le canoë (pirogue indienne), le lancement du javelot (lance indigène), le tir à l´arc (arc et flèches indiennes), la course de fond, la course avec Tora (avec tronc d´arbre), la corde de force et les septs disciplines natives, qui sont le xikunahiti (football de tête), le jawari (lancer de flèchettes), le kagót (lancer de flèches sans pointe sur l´équipe adverse), le akô (course de relais avec bâton de bambou), le kaipy (lancer de flèche à distance), le peikrãn (correspondant de la peteca, que l´on se passe avec la paume de la main) et le ronkrãn (deux équipes de 10 joueurs doivent faire avancer une boule faite de coco).

Equipe féminine de football de la tribu Xerente présente aux Jeux des Peuples Indigènes .

Equipe féminine de football de la tribu Xerente présente aux Jeux des Peuples Indigènes .

Au-delà de ces jeux internationaux, le football indien au Brésil est présenté dans un grand nombre de compétitions intertribales, des tournois et championnats se tiennent régulièrement dans divers villes du Brésil, comme Manaus, Campo Grande ou encore São Paulo. C´est toujours l´occasion de réunir des centaines de représentants de différentes tribus qui se retrouvent, ou se découvrent à travers ce sport devenu national. Bien entendu, le football ne peut occulter les problèmes que connaissent et affrontent les Indiens au Brésil. Ces rencontres sportives sont d´ailleurs souvent l´occasion de manifestations autour des stades, où de nombreux défenseurs des Indiens rappellent leur réelle situation et les menaces constantes qui pèsent sur ces premiers peuples.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.