Préparer son voyage : Les vaccins, la santé, les guides et informations, l´insécurité…

préparer son voyage au brésil
préparer son voyage au brésil

 Dans cette 3ème partie d´informations pratiques pour bien réussir son voyage au Brésil, j´aborde les questions de santé, des diverses sources d´informations et d´insécurité.

Les vaccins, la santé

Le Brésil n´exige aucun vaccin aux étrangers, en revanche, il recommande la vaccination contre la fièvre jaune, principalement si on doit transiter ou séjourner dans les régions amazoniennes (nord et ouest du pays) ainsi que dans le centre, Goiás et Brasilia. Si on s´est fait vacciner par le passé, sachons que le Brésil vient d´adhérer aux directives de l´OMS sur la dose unique, cela signifie que la vaccination contre la fièvre jaune est désormais valable à vie, et non plus 10 ans comme c´était le cas auparavant.

Pour les autres vaccins, le Brésil recommande celui de la fièvre typhoìde et de l´hépatite A si on doit visiter des zones insalubres dans les régions nord et nord-est. Ce vaccin, efficace à 60 à 70%, peut être administré par voie orale ou injectable, l´effet est le même et la protection est valable trois ans. Par ailleurs, la dengue, la zika et la chikungunya font régulièrement des victimes au Brésil, quasiment sur tout le territoire par zones éparses. Il faut donc bien se protéger contre les moustiques. L´hépatite B fait aussi partie des virus communs dans le pays, tout comme depuis quelques mois la rougeole et la varicelle, qui touchent particulièrement les Etats amazoniens du nord du pays. Les voyageurs avec des enfants et les femmes en période de grossesse devront donc être particulièrement vigilants.

La diarrhée des voyageurs est un des problèmes bien connus des touristes, elle est due à une bactérie que l´on retrouve dans l´alimentation par manque d´hygiène. Il existe aujourd´hui un vaccin administré par voie orale et qui protège pour au moins trois ans. Le vaccin se prend en deux doses, dont la première deux semaines avant le voyage.

Les médicaments à emporter : aussi banal que cela puisse paraître, ce sont souvent les coups de froid qui affectent les visiteurs et cela en raison de l´air conditionné omniprésent au Brésil et généralement réglé au plus froid. On doit donc prévoir son petit traitement habituel, notamment pour les maux de gorge et les rhumes. Les coups de soleil sont aussi très fréquents, il est important de prévoir une crème efficace.

Sinon, à part son traitement si on en a un, il faut savoir qu´il y a des pharmacies partout dans les villes, bien achalandées et ouverte souvent tard le soir et les week-end. On a donc pas besoin de se charger d´une pharmacie pour venir au Brésil.

Les vaccins, la santé

 

Les guides de voyage et autres sources  d´informations

Avant de partir on se pose souvent la question, quel guide de voyage emporter. Il est vrai, qu´avec des dizaines de guides disponibles sur le Brésil, c´est valable pour d´autres destinations, il n´est pas facile de faire son choix. Au fond, les guides donnent tous les mêmes informations, à peu de choses près, il suffit ensuite de voir avec lequel on se sent le plus à l´aise dans la présentation, cartes, photos, plans de ville, peuvent aussi faire la différence. Parmis les grands classiques, l´un des champions est le guide du Routard, qui a l´avantage de ne pas être trop grand ni trop lourd. Il faut aussi citer le guide Gallimard, le guide Vert Michelin et le Petit Futé, pour les éditions étrangères, le Lonely Planet est un des plus utilisé, mais il y aussi le Frommers, le National Geographic, le Handbook, pour n´en citer que quelques uns.

Si on lit le portugais, sur place je recommande le Guia Quatro Rodas c´est une véritable bible pour les informations touristiques sur le Brésil, il donne les distances, les hébergements, les restaurants, des itinéraires en début de lilvre et est vendu avec une carte du pays. Pour les sites touristiques, il ne donne que des résumés, mais on peut chercher les compléments ailleurs, sur Internet par exemple. Enfin, il donne une fourchette de prix par catégorie pour les hébergements et les restaurants et le prix des entrées des visites. Personnellement, je n´utilise jamais de guides dans mes voyages, j´aurai donc bien du mal à en recommander un en particulier, et c´est en me basant sur l´expérience d´autres voyageurs que j´ai cité les guides ci-dessus.

La vraie question, guide ou pas guide ?

Il y a deux aspects, tout d´abord avec les possibilités qu´offre Internet, il est tout à fait possible de bien s´informer sans avoir recours à un guide. D´ailleurs, la plupart de ces guides ont leur version virtuelle, c´est moins encombrant. Sur Internet, il faut évidemment filtrer et recouper les informations, puis vérifier les sources, car on y trouve de tout, du pire au meilleur. Il est vrai que les guides d´une maison d´édition sérieuse, ont l´avantage d´apporter une garantie sur les informations fournies, même si certains ne sont pas toujours bien actualisés. Pour le Brésil, il faut reconnaitre que l´actualisation n´est pas des plus simples, les choses bougent beaucoup dans ce pays, surtout au niveau des aspects pratiques (restos, hébergements, etc) ainsi que les prix.

L´utilisation d´un guide est donc avant tout une question personnelle liée à sa propre philosophie du voyage.

carte france

Si on est un aventurier qui recherche une expérience hors sentiers battus, il est évident qu´on doit laisser les guides à ceux qui préférent un voyage plus classique. Le guide de voyage, par définition, vous guide vers des adresses, des villes et des sites qui sont touristiques et il ne pourrait en être autrement puisqu´on y retrouvera forcément d´autres touristes, ne seraient-ce que ceux qui sont munis des mêmes guides.

Si c´est le bon tuyau auquel personne n´a pensé que l´on recherche, d´une façon générale on devrait être déçu par les guides. Enfin, il faut admettre qu´on est toujours un touriste quand on est en visite à l´étranger, on ne doit donc pas en faire une obsession mais plutôt essayer de ne pas en souffrir, par exemple en tombant dans les pièges à touristes, on peut les éviter et pour cela toutes les sources d´informations ont leur valeur.

 

Sur place, les sources d´informations

Le Brésil est assez mal équipé en office du tourisme et en points d´informations. Chaque Etat a son propre office du tourisme, comme Riotur à Rio de Janeiro ou Bahiatursa à Bahia. Les municipalités, en tout cas les plus grandes, ont aussi leur office du tourisme. Au niveau fédéral, c´est EMBRATUR, un organisme relié au ministère du tourisme qui est chargé de ce secteur. Mais qu´on le sache, aucun de ces organismes n´est réellement efficace et aucun n´est bien muni en informations et en matériel. En général on y obtiendra qu´un plan de ville très aproximatif, s´il n´est pas bourré de publicités, et dans bien des cas les réceptionistes sont mal préparés et pas toujours bilingues.

D´une façon générale on ne peut donc pas compter sur ces sources officielles pour obtenir de bonnes infos. On doit donc se diriger vers le privé, les agences de voyage, les réceptions d´hôtels ou encore des professionnels comme les guides. Dans les cas des agences et des guides, des réceptionistes d´hôtel aussi dans une moindre mesure, auront des rapports commerciaux avec les visiteurs, c´est à dire qu´ils sont là pour vendre. On doit donc bien s´informer et se préparer auparavant (guides ou Internet) afin de ne pas se laisser mener sur n´importe quoi. Il faut aussi avoir en tête, que le goût, ou l´idéal, des Brésiliens n´est pas le même que celui de la plupart des étrangers, il est donc important d´avoir plusieurs sources d´informations, de les recouper afin d´en extraire ce qui convient le mieux à chacun.

 

L´insécurité, les bons réflexes

Le Brésil est un des champions du monde en nombre d´homicides, qui dépasse les 60.000 cas par an (j´ai bien dit soixante mille). Fort heureusement cela ne concerne pas les touristes, dont les meurtres sont très rares. J´ai développé ce sujet dans un texte du 7 avril 2015 sur ce blog (rubrique tourisme, page 12), mais je vais en aborder ici l´essentiel concernant les voyages dans ce pays.

La première chose à savoir c´est qu´on a pas besoin de circuler en ville avec son passeport et ses valeurs. On laisse tout à l´hôtel, pas de bijoux ni de montre de valeur, le téléphone portable doit rester caché quand on ne s´en sert pas. Outre les pick-pockets, que l´on retrouve dans le monde entier, on peut être victime de braquage avec menace, le plus souvent à l´arme blanche. Dans un tel cas on conseille de ne pas réagir et donner ses effets sans jouer les héros, d´où l´importance de ne pas sortir avec des valeurs. Ceci étant, ces braquages arrivent toujours dans des endroits et à des heures où il est recommandé de ne pas se trouver, tels que rues désertes, surtout la nuit ou les week-ends, ou les coins de plages vides en semaine ou hors vacances. Pour éviter les problèmes on doit toujours suivre cette régle, ne pas s´isoler, ne pas rentrer dans des rues désertes ou délabrées. Le soir, on choisira de prendre un taxi pour rentrer à l´hôtel plutôt que de faire le trajet à pied ou en bus. Les autobus urbains se font souvent braquer le soir et la nuit, donc on évite.

Il est aussi évident qu´on ne laisse jamais ses effets sans surveillance, par exemple on ne va pas se baigner en laissant son sac tout seul sur la plage. On fait aussi attention lorsque l´on est en terrasse de café de ne pas se mettre au bord avec un sac à la merci d´un voleur qui passerait discrétement derrière les chaises. De même, à l´extérieur, on ne laisse pas son téléphone ou appareil photo (ou autre objet de valeur) posé sur la table à la merci de quelqu´un qui pourrait le prendre et partir en courant. A la plage, surtout dans les villes, certains voleurs se font passer pour des vendeurs de boissons, de souvenirs, ou autres, on reste donc vigilant. Pour les soirées, et surtout pour les personnes seules, on doit se méfier des contacts apparemmemt chaleureux des voisins et voisines de table. Une technique de vol au Brésil consiste à mettre discrètement une substance somnifère dans votre verre. On se fait ensuite dévaliser sans même s´en apercevoir, cette technique porte le joli nom de boa noite Cinderela (bonne nuit Cendrillon).

Police touristique à Rio de Janeiro.

Police touristique à Rio de Janeiro.

Tous ces conseils valent pour tout le pays, même si on est bien plus tranquille dans les petites villes et sur les sites naturels. Toutes les grandes villes  sont concernées, il n´y a aucune exception, du nord au sud et d´est en ouest, toutes les capitales d´Etat ont leur cohorte de gangsters.

Ceci dit, qu´on se rasssure, l´immense majorité des voyageurs passe leur séjour au Brésil sans encombre. Il suffit pour cela de rester vigilant et ne pas tenter le diable. Enfin, en cas de vol, il est conseillé d´effectuer une déposition auprès de la police locale, chaque ville touristique a sa brigade spécialisée pour les touristes, elle dépend de la police militaire. A Rio, par exemple, elle surveille aussi les plages.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.