Ayahuasca, le thé hallucinogène

Ayahuasca, le thé hallucinogène
Ayahuasca, le thé hallucinogène

Connu aussi comme Santo Daime, le thé élaboré avec une liane appelé ayahuasca est utilisé depuis des millénaires par les peuples indigènes d´une vaste région aux confins du Brésil et du Pérou. Son utilisation et ses propriétés ont engendré au Brésil la création de groupes religieux dont la doctrine est basée son absorption.

Un peu de botanique

ayahuasca est une plante tropicale (banisteriopsis caapi) qui se présente sous forme de liane et est originaire des régions qui s´étendent depuis le versant Est des Andes jusqu´en Amazonie, le long des frontières du Brésil, du Pérou, de l´Equateur, de la Colombie et de la Bolivie. Les lianes se développent très vite en s´agrippant aux arbres environnants pour atteindre plusieurs mètres de longueur. Les chamanes de ces régions ont identifié une quarantaine de types d´ayahuasca, qui appartiennent toutes à la même famille (malpighiecea) mais ont des propriétés différentes. Pour la préparation du thé, on utilise que les jeunes pousses des lianes, ou jeunes racines, qui sont découpées en morceaux puis pilonnées afin d´en faciliter la décoction. Il faut au moins deux types de plantes pour la préparation du thé, l´ayahuasca (banisteriopsis caapi) qui agit comme un inhibiteur d´enzimes (monoamine oxydase) et une autre, dont on utilise cette fois les feuilles, qui contient une substance psychotrope (la diméthyltryptamine), le plus souvent au Brésil la chacrona (psychotria viridis).

Liane ayahuasca

  Liane ayahuasca.

De l´ayahuasca au Santo Daime

On confond parfois ces mots car au Brésil on désigne souvent le thé comme Santo Daime. En réalité le Santo Daime est la croyance, la religion, et le rituel pendant lequel on prend le thé d´ayahuasca. Daime vient du mot portugais « dai-me », qui veut dire « donne-moi », et est largement repris dans les cultes « donne-moi la foi, donne-moi la santé, donne-moi l´amour… ». L´ayahuasca est à l´origine un mot quechua dont « aya » peut signifier « esprit, âme ou ancêtre » et « huasca » thé, infusion ou vin. C´est donc à l´origine un rituel de contact avec les esprits, avec les forces surnaturelles, avec le divin, chaque tribu ayant sa propre interprétation des effets et chaque chamane son secret de préparation. La récupération de l´ayahuasca par les non Indiens, est d´ailleurs un sujet remis en question par les différents groupes indigènes des régions concernées qui ne savent pas comment réagir face à cette appropriation, et souvent déviation, de leur propre culture. Il est vrai qu´aujourd´hui, l´absorption d´ayahuasca est beaucoup plus répandue dans la population non indienne, où elle n´a jamais dépassé l´univers sacré et réservé du chamane.

Pilonnage de l´ayahuasca par les hommes.

Pilonnage de l´ayahuasca par les hommes.

Le Santo Daime

Santo Daime est aujourd´hui une doctrine spirituelle basée sur l´absorption du thé d´ayahuasca. Né au début du XXème au Brésil, en pleine Amazonie, dans ce qui est aujourd´hui l´Etat de Acre, ce mouvement religieux est le fruit d´un syncrétisme entre le christianisme, le spiritisme et le chamanisme. Les précepts de la doctrine sont basé sur le Nouveau Testament, c´est donc le  christianisme qui domine, le rituel d´absorption du thé est chamanique, et la vision de l´univers  proche du spiritisme européen. Tout a commencé par la Vierge Marie, qui, en 1920, serait apparut à Raimundo Irineu Serra, un récolteur de caoutchouc considéré comme le fondateur du mouvement, après que celui-ci eut absorbé de l´ayahuasca avec des Indiens. La Vierge lui aurait alors demandé de répandre la parole de dieu à travers l´ayahuasca.

Les sectes utilisant l´ayahuasca au Brésil se divise en trois groupes, le Santo Daime (fondateur), la União Vegetal (union végétale) et la Barquinha. Dans tout le pays il existe officiellement une cinquantaine de centres Daime, répartis dans la plupart des grandes villes, mais il existe aussi une utilisation de l´ayahuasca en dehors des sectes, le plus souvent à travers des réunions privées, des cercles mystiques, ou d´adeptes du thé mais qui refusent tout endoctrinement. Légalement, la consommation d´ayahuasca est autorisée au Brésil, mais uniquement pour les rituels, à des fins religieuses, sa commercialisation est interdite.

Les effets

L´ayahuasca est sensée ouvrir les portes de la perception de l´univers en renforçant la conscience. Irineu, le fondateur, considérait aussi que son absorption permettait de rencontrer l´Amour Vrai (dieu), c´est la doctrine que suivent ses adeptes.

Après absorption, les effets de l´ayahuasca peuvent durer jusqu´à six heures, ils sont essentiellement hallucinogènes, avec des effets colatéraux pouvant aller des vomissements aux diarrées, et parfois crises de panique.

La plupart des spécialistes considèrent que ses effets sont proches du LSD ou des champignons hallucinogènes, ils précisent aussi que l´ayahuasca n´a rien d´agréable dans son absorption tant elle est amère, la plupart des personnes qui l´essayent ne ressentent guère l´envie de recommencer, exceptés bien sûr ceux qui sont habités d´une foi. Cette boisson contient quatre substances principales, dont trois agissent sur le système de transmission de la sérotonine, et la quatrième sur une partie de cerveau liée à la mémoire et à la vision. La toxicité de l´ayahuasca reste encore assez mystérieuse, c´est pour cela que les centres Daime préconisent d´éviter les excès (un maximum de trois doses par séance est généralement institué) ils l´interdisent aux enfants, aux femmes enceintes et aux personnes présentants des troubles psychiques.

De nombreuses recherches sont régulièrement effectuées sur les bienfaits thérapeuthiques de l´ayahuasca, mais jusqu´ici aucun résultat n´a été concluant, si ce n´est une récente étude anglaise qui indique qu´elle aurait des effets bénéfiques sur le comportement des personnes et un potentiel pour être utilisée comme traitement contre l´alcoolisme, ou encore la dépression.

Rituel du Santo Daime.
Rituel du Santo Daime.

Préparation et rituel

Le rituel de l´ayahuasca commence pour les adeptes par la préparation du thé. Les hommes traitent les lianes, coupe et pilonnage, les femmes ont la charge des feuilles. Ce processus dure toute une journée à la fin de laquelle on fait bouillir le tout. Ensuite, le thé doit reposer 24 heures avant d´être consommé.

Le rituel a lieu, suivant les centres, tous les 15 jours, en général le 1er et le 15 du mois. Il pourrait s´assimiler à une messe, un « padre » mène la cérémonie, qui peut durer parfois jusqu´à 12 heures. Les femmes et les hommes entrent séparés dans le « temple » (souvent un simple hangar décoré) et s´installent en cercle en se regroupant par sexe, hommes et femmes séparés, puis par catégorie, mariées, âgées, jeunes, célibataires, etc.

Quand le padre initie le rituel, les adeptes forment deux files (hommes et femmes) et vont passer devant le padre qui, telle l´hostie dans l´église catholique, donne à chacun une dose de thé, un demi-verre à peu près, la dose est de moitié pour les femmes. A la fin de ce premier passage les adeptes commencent a méditer, les séances sont rythmées par des chants qui rappellent la doctrine. Deux autres passages devant le padre, avec absorption de thé, sont prévues dans la cérémonie, mais chacun est libre de ne pas y retourner s´il juge la première dose suffisante. Un laps de temps d´au moins une heure et demi est observé entre chaque dose de thé. Bien entendu, il y a des variantes d´un centre à l´autre, la description faite ici est celle qui est en vigueur dans les trois groupes principaux de la doctrine de base du Daime.

ritual daimistaCéu de Mapiá - AM

Cérémonie du Santo Daime.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.