Le réseau routier, la location de voiture au Brésil

Le réseau routier, la location de voiture
Le réseau routier, la location de voiture

Comme nous l´avons vu dans le texte précédent, le réseau routier au Brésil est vaste car le transport y est essentiellement terrestre, aussi bien pour les marchandises que pour les personnes… Pour ceux qui visitent le Brésil, est-il viable de louer une voiture ? Nous le verrons ici, ainsi que les limites de vitesse sur les différents réseaux.

Question : que représente le réseau routier ?

BG : un million et sept cent mille kilomètres de routes, c´est le quatrième réseau du monde en km, mais il est malheureusement loin d´être le meilleur. De cet important réseau routier, selon une étude récente (2017), seulement 40% est considéré satisfaisant, le reste est en mauvais état, voire partiellement impraticable. Moins de la moitié du réseau est asphalté et beaucoup de routes n´ont jamais été achevées et ne sont que partiellement goudronnées, comme c´est le cas de la Transamazonienne, la plus célèbre d´entre elles. Une fois de plus, c´est dans les régions sud et sud-est, qu´on trouve le réseau routier de meilleure qualité, et cela en raison de la densité de population et la concentration des activités économiques.

Question : quels sont les principaux problèmes des routes ?

BG : le manque d´investissements dans le secteur est chronique, il se traduit par l´absence d´entretien, de signalisation, et très souvent de conclusion des travaux. La plupart des routes n´ont pas d´accotements, de rampes de sécurité, de marquages sur le sol, ou d´illumination. A cela s´ajoute de nombreux tracés mal adaptés en raison du terrain (virages, montées…) ou des conditions climatiques, (brouillard, boue, glissements de terrain, chaleur intense…). Tout cela est flagrant dans les régions nord et nord-est, surtout dans l´intérieur des terres. Il est vrai qu´il s´agit en général de routes qui s´étendent sur plusieurs milliers de km, ce qui complique la logistique d´entretien et rend ces routes financièrement déficitaires. Le manque de contrôle sur ces routes est aussi un vrai problème car beaucoup de transporteurs dépassent le tonnage autorisé par camion, ce qui a des conséquences néfastes pour le bitume. On pourrait ajouter à tout cela la corruption, qui très souvent engendre le détournement de fonds destinés aux travaux et à l´entretien des routes.

Question : qui est responsable des routes ?

BG : le réseau routier du Brésil est sous responsabilité administrative à trois niveaux, le fédéral, et le régional, ou estadual, c´est celui qui dépend des Etats de la fédération, et enfin les routes payantes, privées ou publiques, connues comme autoestradas ou vias expressas. Ces routes á péages ne s´étendent pas sur de très longues distances comme en Europe, elles sont surtout implantées sur les axes très fréquentés, aux abords des grandes villes ou reliant le littoral, comme c´est le cas depuis São Paulo vers la côte, ou encore entre Rio de Janeiro et São Paulo, bref, les axes les plus rentables. C´est le réseau le plus court du pays puisqu´il compte 10.000 km, dont la moitié dans l´Etat de São Paulo, sur un réseau total d´un million et sept cent mille km. De ces 10.000 km, un peu plus de la moitié est sous concession privée, les autres sont sous gestion publique. Les routes régionales dépendent quant à elles des Etats, elles n´en dépassent pas les limites et portent le sigle de l´Etat suivi d´un numéro, par exemple BA-001 qui descend le long de la côte de Bahia. Les routes fédérales portent le sigle BR, suivi elles aussi d´un numéro, comme la plus longue du pays qui est la BR-116, qui avec 4.660 km traverse 10 Etats, du Ceará au Rio Grande do Sul. Le pays compte 5 routes fédérales de plus de 4.000 km et 6 autres de plus de 2.000 km.

La via expressa Anchieta, qui relie São Paulo au Littoral.

La via expressa Anchieta, qui relie São Paulo au Littoral.

Question : qui contrôle ces routes, et les limitations de vitesse ?

BG : les routes brésiliennes sont sous controle d´une police routière, la Polícia Rodoviária Federal. Celle-ci possède des postes fixes sur les routes où elle peut controler les véhicules, mais peut aussi patrouiller en voiture. Il y a peu de radars sur les grandes routes, en revanche ils sont nombreux sur les routes privées et en ville. Quant à la vitesse, elle peut varier suivant le type de véhicule et la région, mais aussi le type de route. Par exemple, en général la vitesse est limitée à 80 ou 100 sur les routes à une voie et 120 sur celles à deux voies. Par contre, les autocars sont limités à 90. Ces limites sont indiquées par des panneaux, pas toujours en bon état, et une même route peut changer de limitation, par exemple en descente ou virage accentués. Bien entendu, comme il y a peu de contrôles sur les grandes routes, la tendance est le non respect des limitations. Entre l´état des routes, le manque de signalisation et les imprudences des chauffeurs, il faut rester très vigilant si on décide de visiter le Brésil en voiture..

Tronçon de la route Transamazonienne.

Tronçon de la route Transamazonienne.

Question : la location de voiture justement, conseillée ou pas ?

BG : il est très facile de louer une voiture au Brésil, comme partout dans le monde des grands loueurs nationaux et internationaux y sont installés, avec des points de location dans les aéroports, les points touristiques et les villes principales. Pour circuler en ville ça peut être une option, facilitée depuis quelques temps par les équipements GPS, car la signalisation est très aléatoire. Il n´est pas aisé de se repérer dans les grandes villes, de plus elles sont souvent très embouteillées, les parkings sont chers, il faut donc réfléchir à tout cela car il est souvent préférable de se déplacer en taxi dans les villes, ou encore uitliser les transports publics, tout à fait praticables. La location de voiture devient plus intéressante si on décide de parcourir quelques trajets hors des centres urbains, pour pouvoir profiter des paysages. C´est le cas par exemple de certaines régions montagneuses, comme la Serra Catarinense ou la Serra Gaúcha dans le sud du pays, mais aussi des parties de la côte, par exemple entre Rio de Janeiro et Paraty, ou encore dans le nordeste, dans la région de Maceió, où les routes qui longent la côte sont particulièrement spectaculaires.

Question : y-a-t-il des recommandations particulières pour la location de voiture ?

BG : pour la conduite il n´y rien de bien différent si ce n´est que dans la plupart des villes le trafic est confus, il est commun qu´on essaye de vous passer devant à n´importe quel prix, c´est quand même un peu la loi de la jungle si on compare le trafic très « éduqué » de certains pays d´Europe. La ceinture est obligatoire partout, les phares aussi sur les routes et par temps de pluies en ville. Il faut savoir aussi qu´à partir de 22h00 il est toléré de passer au feu rouge, on le recommande même afin d´éviter les braquages. L´aspect sécurité est d´ailleurs celui qui doit toujours être présent, on ne prend pas de stoppeurs, on ne s´arrête pas dans des endroits complètement déserts en laissant son véhicule au bord de la route, en ville on préfère garder les vitres fermées, la climatisation est donc de rigueur, et on évite de s´en remettre 100% au GPS qui parfois ne fait pas la différence entre une favela et un échangeur d´autoroute. Si on voit qu´on rentre dans une favela ou une rue très glauque, mieux vaut faire demi tour. Enfin, on prévoit toujours une réserve d´essence suffisante si on s´éloigne des centres urbains, parfois sur certains grands axes les stations sont très éloignées les unes des autres.

La route AL-101 entre Maceió e Maragogi.

La route AL-101 entre Maceió e Maragogi.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.