Largo do Boticário, enfin une solution

Largo do Boticário, enfin une solution

Abandonné depuis plus de 20 ans, cet ensemble historique est un des lieux les plus emblématiques du vieux Rio. Adoré des Cariocas, ce site unique, abandonné depuis les années 90, a bien failli disparaitre pour toujours. Son rachat par le groupe Accor est donc une bonne nouvelle pour tous ceux qui craignaient sa disparition….

Situé dans le quartier de Cosme Velho, à deux pas de la gare du funiculaire qui mène au Corcovado, cet ensemble de style néocolonial est composé de plusieurs maisons, de cours, de jardins et de nombreux petits recoins bucoliques entourés de végétation tropicale. Site exceptionnel, il est classé aux Monuments Historiques de l´Etat de Rio de Janeiro depuis 1987, ce qui ne l´a pas empêché de sombrer dans le plus total abandon.

Détail d´une façade.

Détail d´une façade.

L´histoire de ce site commence en 1831, quand un apothicaire (boticário en portugais) de renom, ayant commerce dans le centre ville de Rio, achète un terrain dans ce coin, à l´époque très isolé, pour y construire une résidence secondaire. En 1920, le site est revendu à Edmundo Bittencourt, propriétaire d´un grand journal de l´époque, et dont les héritiers sont restés propriétaires jusqu`à la vente actuelle au groupe Accor.

Edmundo Bittencourt fait édifier les maisons de style néocolonial du Largo do Boticário. Jusque dans les années 1940, les maisons sont aménagées et restaurées par la famille Bittencourt, en utilisant beaucoup de matériaux et d´éléments récupérés sur des chantiers de démolitions d´authentiques maisons coloniales (Rio vivait à l´époque une vague de modernisme, des pâtés de maisons entiers étaient rasés ainsi que des milliers de bâtisses coloniales pour faire place à des immeubles modernes). La famille Bittencourt y fit édifier cinq bâtiments, composés de sept maisons,  pour un total de 3.000 m² construits, sur un terrain immense dont les limites se perdent dans la forêt de Tijuca. Plus tard, deux autres maisons seront construites aux abords (n´appartenant pas à la famille), dont une créée par Lucio Costa, l´architecte de Brasilia. Tout au long de son histoire, le Largo do Boticário reçoit de nombreuses célébrités, comme Walt Disney lors de son séjour à Rio en 1941, de somptueuses fêtes y sont organisées, devenant le lieu de prédilection de la haute société carioca.

Entrée du Largo do Boticário.

Entrée du Largo do Boticário.

La dernière propriétaire des lieux, Sybil Bittencourt, est aujourd´hui âgée de 92 ans, elle a vécu sur place jusqu´ici, mais n´ayant plus les moyens d´entretenir le site, tout l´ensemble s´est détérioré et à partir de 2006 des squatteurs s´y sont installés. D´autre part, une famille de locataires placée dans l´une des maisons par Mme Bittencourt, ne payait pas les loyers et se refusait à quitter les lieux ; sans aucune aide des pouvoirs publics, Mme Bittencourt a fini par mettre l´ensemble en vente en 2016. Mais ce n´est qu´à partir de février 2018 que les acheteurs se sont précipités. En effet, la chambre municipale venaient enfin d´approuver une loi qui permet l´exploitation à des fins commerciales des bâtiments classés, y compris ceux se trouvant en zone résidentielle, comme c´est le cas de ce site.

plaque Largo do Boticário

C´est finalement le groupe Accor qui vient d´en concrétiser l´achat pour 12 millions de Reais (environ 4 millions d´Euros). Un prix très bas si l´on considère la superficie et la localisation, à titre d´exemple un appartement de 500 m² à Ipanema se vend entre 15 et 18 millions de Reais. Les travaux de récupération et de restauration sont évalués entre 40 et 50 millions de R$ (10 et 12 millions d´Euros). C´est à ce prix que les Cariocas récupéreront leur petit coin d´histoire et de romantisme favori, dans l´espoir qu´ils pourront y fréquenter les installations du futur hébergement. Il serait dommage que ce lieu qui fait partie de l´âme de Rio et qui a inspiré tant d´artistes, peintres, photographes et poètes, ne leur soit plus accessible.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.