Le Monte Roraima, de l’aventure à l’émerveillement

Le Monte Roraima, de l’aventure à l’émerveillement couverture
Le Monte Roraima, de l’aventure à l’émerveillement couverture

C’est l’un des sites naturels les plus énigmatiques et grandioses du Brésil ; situé aux confins du Brésil, du Venezuela et du Guyana, il attire chaque année de plus en plus de randonneurs… Et tous ceux qui y sont allés ne pensent qu’à une chose  y retourner.

  

Qu’est-ce que le Monte Roraima ?

C’est un massif montagneux que l’on appelle tepui, un type de formation rocheuse bien connue dans cette région, surtout du côté vénézuélien. Le Monte Roraima est d’ailleurs partagé entre les trois pays et du côté vénézuélien, qui en abrite 85%, il intègre le parc naturel de Canaima.

Le Monte Roraima s’élève à 2723 m, un ensemble de cascades, de puits et de formations rocheuses, le tout dans des paysages à couper le souffle. C’est aussi l’une des plus anciennes montagnes de la planète, puisque l’on estime que sa formation remonte à deux milliards d’années.

Combien de temps faut-il prévoir pour ce trekking ?

Il faut trois jours de marche pour arriver au sommet et deux jours pour en redescendre. Mais il est recommandé de rester au moins deux jours au sommet afin de voir tous les sites et profiter des paysages. C’est donc un séjour à faire sur au moins huit jours.

plan d'eau dans les montagnes

Comment on y accède ?

Il y a encore quelques années on partait de Caracas jusqu’à la petite ville de Santa Elena de Uairém (Venezuela). Mais avec l’instabilité du pays aujourd’hui, les randonneurs préfèrent accéder par la ville brésilienne de Boa Vista et rejoindre Santa Elena par la route, on évite ainsi les grandes villes vénézuéliennes. L’aéroport de Boa Vista, capitale de l’Etat amazonien de Roraima, est bien desservi depuis les principales villes du Brésil. On peut donc dormir une nuit à Boa Vista et repartir le lendemain par la route pour Santa Elena, qui se trouve à 230 km de Boa Vista. Si on ne veut pas passer par une agence pour le transfert, on peut faire ce trajet en autocar, des lignes régulières partent de la gare routière de Boa Vista. Mais à Santa Elena, on devra forcément passer par une agence et professionnels locaux, il n’est ni permis, ni conseillé, d’essayer de se rendre sans guide au Monte Roraima. A partir de Santa Elena, il faut rejoindre le village de Paraitepui situé à 78 km, par une piste que seuls les 4×4 peuvent parcourir, c’est le point de départ des trekkings au Monte Roraima.

Quelle est la difficulté ?

Sans être un athlète ou un alpiniste chevronné, le trekking exige quand même une bonne condition physique car le terrain, pourtant assez plat en majorité, est accidenté (pierres qui roulent) et La Rampa est une escalade, en début de trek, qui s’étend sur 3 km et est très physique. Pour le reste, ce sont les traversées de torrents à gué qui peuvent créer quelques difficultés. En moyenne on parcourt 10 à 12 km par jour. Le matériel est transporté par les porteurs et les guides qui organisent le trekking. Une des difficultés est le climat, chaud (24 à 26°) et humide car on est en région tropicale, avec des pluies fréquentes, des brouillards soudains, et bien sûr une chute des températures en montant.

groupe devant une superbe vue

Quel matériel emporter ?

Tout le matériel de couchage et alimentation est prévu par les organisateurs (guides ou agences). Il suffit donc de s’équiper de bonnes chaussures, de vêtements de rechange conservés dans des sacs étanches à cause de l’humidité, K-way, vêtement chaud pour les nuits et les chutes de températures (parfois jusqu’à 8°), et effets personnels.

Existe-t-il des packages qui incluent tout ?

Des agences proposent des packages qui incluent l’hébergement à Boa Vista, à Santa Elena, ainsi que les transferts, la location du matériel, l’alimentation pendant le trekking, guides et porteurs. C’est bien sûr la formule la plus pratique et surtout la plus sûre, car à Santa Elena des guides proposent leurs services, mais on est jamais certain qu’ils soient réellement expérimentés.

camping dans les montagnes

Y-a-t-il une meilleure période pour ce trekking ?

De décembre à mars car c’est la période la moins pluvieuse.

Quels sont les points forts du trekking ?

Tout le trek est spéculaire, tout d’abord les chutes d’eau le long du trajet et la vallée des cristaux (on marche sur les cristaux), puis au sommet les points de vue, comme le Abismo et La Ventana, le clou du spectacle. De nombreuses cavernes et puits, que l’on appelle les jacuzzis (mais les eaux y sont glaciales). Le lac Lago Gladys et le puit El Foso sont à voir, ainsi que la Catedral, puis le sommet du mont Maverick, sont à faire absolument. La marque des trois frontières, le Ponto Triplo, est un point touristique, mais plus pour le symbolisme que pour le spectacle.

D’autres détails importants ?

En plus du passeport, à la frontière Brésil-Venezuela il sera exigé le carnet de vaccination avec la fièvre jaune en cours de validité.

jolies cascades qui tombent des montagnes

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *