Filets de peinture de carrosserie, un art ambulant en voie de disparition

On l’appelle « filetagem » au Brésil, où il est tellement populaire qu’on a du mal à imaginer un camion sans ses filets de peinture. Pourtant, avec l’utilisation généralisée du métal en carrosserie, et surtout la raréfaction des petits camionneurs privés face aux grandes sociétés de transport, ces décorations de camions sont en voie d’extinction.

Camionneur montrant le « filetagem » de son camion.

Question : d’où vient cette tradition ?

Bruno Guinard : à l’origine ce sont les coques d’embarcations, puis les carrosses qui étaient ornés de ces filets de peinture ; une tradition arrivée au Brésil à l’époque coloniale. Les carrosses ayant disparus et les camions ayant remplacés les petites embarcations pour le transport, les filets de peinture sont allés orner leurs carrosseries.

Au Brésil, c’est surtout à partir des années 1940/50, avec le développement du réseau routier, que ces décorations se généralisent, au point que pas un camion n’y échappe, en tout cas jusque très récemment, car la tradition disparait.

Question : pourquoi les camions ?

BG : on peut retrouver ces filets sur d’autres véhicules, comme les autocars, les motos, parfois aussi sur des instruments de musique (surtout les guitares), mais au Brésil, ce sont vraiment les camions qui ce sont appropriés cet art. L’intention, en tout cas au départ, était très certainement de valoriser son outil de travail, ces camions la plupart du temps étant la propriété d’une seule personne, qui en est aussi le chauffeur. Il est donc plus qu’un outil de travail, il est le gagne-pain de toute la famille, leur seul bien, leur trésor en quelque sorte. Le camion doit être soigner, il doit durer, toute la vie parfois, alors il faut aussi qu’il soit beau et personnalisé. Et puis c’est quelque chose qui se voit, un camion bien décoré signifie que son propriétaire y tient, il y a une fierté à cela.

Question : y-a-t-il des différences régionales, une identification ?

BG : pas du tout, un camion du sud aura le même aspect qu’un autre dans le nord, on identifie pas les camions par leurs filets de peinture. En revanche, on est quasi certain qu’il s’agit d’un même profil de propriétaire, c’est à dire qu’il n’appartient pas une grosse société de transport, car celles-ci ne décorent pas leurs camions avec des filets de peinture.

Question : d’où la raréfaction des camions décorés ?

BG : en effet, ces entreprises de transport monopolisent aujourd’hui le marché, elles utilisent des camions de plus en plus gros et performants, avec le développement industriels du pays les petits camions et petits propriétaires ne peuvent pas suivre. Ces camions décorés se limitent donc de plus en plus à un territoire restreint et sur les routes secondaires, pour desservir par exemple les petits villages. Mais sur les grands axes et sur les gros marchés, on ne trouve plus essentiellement que des camions modernes et standardisés. Ces nouveaux camions sont aussi en métal, alors que les bennes ont longtemps été mixtes, avec beaucoup de bois, un matériau qui était mieux adapté pour les filets de peinture apposés de façon plus artisanale, la plus commune.

Question : le transport routier est-il important au Brésil ?

BG : il représente près de 60% du transport et le pays a le 4ème réseau routier au monde, avec près de deux millions de km. C’est aussi le cinquième marché automobile du monde avec 43 millions de véhicules en circulation, dont 1,8 million de camions. Le camion est aussi très souvent le seul outil de transport et de livraison, des villes et villages dépendent uniquement de ce moyen d’approvisionnement.

Question : quelle est la technique de « filetagem » ?

BG : il y en a deux principales, une très artisanale qui consiste à peindre directement à l’aide d’un pinceau biseauté, à main levée, le résultat dépend de la main de l’artiste ! Une autre technique est l’application avec un traceur, un genre de pistolet à filets de peinture, la plupart des peintres spécialisés utilisent aussi des moules, ou patrons, qui servent de base, comme on le voit sur la photo ci-dessous.

Moules pour filets de peinture.

Question : qui réalise ces filets ?

BG : il y a des peintres spécialisés, surtout dans les grands ateliers de carrosserie. Mais en général, c’est le peintre carrossier qui fait aussi les filets. Le filetagem est ici un métier, filetador, une spécialité de la peinture en carrosserie. Aujourd’hui, avec la diminution de la flotte de camions « filetés », beaucoup se dirigent vers les ateliers qui customisent les véhicules, surtout motos et voitures, la technique est la même.

Type de Filetagem fait à main levée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *