La vengeance du requin citron

La vengeance du requin citron
La vengeance du requin citron

On parle beaucoup d’attaques de requins aux abords des plages touristiques et lieux de plongée sous-marine. Que ce soit en Australie, l’Ile de la Réunion, ou encore aux abords de la plage de Boa Viagem à Recife, connue pour ses attaques fréquentes, et ce sont toujours les requins qui son les agresseurs. Mais, une fois n’est pas coutume, c’est le contraire qui vient de se produire dans l’archipel de Fernando de Noronha, où une plongeuse amatrice a agressé un bébé requin citron…

Touriste brésilienne avec le bébé requin dans les mains.

Touriste brésilienne avec le bébé requin dans les mains.

 Fernando de Noronha est un archipel brésilien de 26 km², dont 70% est composé d’un parc national marin. L’archipel, situé en plein Océan Atlantique, compte 21 îles. Il se trouve à 545 km des côtes, c’est un des hauts lieux de la plongée au Brésil. Le parc national marin est protégé, avec accès limité et règles écologiques strictes. Malgré cela, il y a toujours des visiteurs qui ne les respectent pas et c’est ce que vient de faire un couple de touristes du continent. Au cours d’une plongée en bordure de plage, la jeune femme a vu passer des bébés requins citron, une des espèces les plus communes de l’archipel. Cette touriste a décidé d’en attrapper un spécimen et le ramener sur la plage pour le photographier ! Le jeune requin, dont l’espèce est jugée non agressive, s’est défendu en lui saisissant un doigt, la touriste s’est mise à crier de douleur, ce qui a alerté les gardes du parc. En plus de sa blessure, cette touriste brésilienne, et son complice de mari, a reçu une amende de 20.000 Reais (6.000 Euros) pour avoir effrayé et mis en danger la faune du parc marin. Voilà qui devrait calmer ce couple agresseur de requins.

Une des vues de l’archipel de Fernando de Noronha.

Une des vues de l’archipel de Fernando de Noronha.

 Le parc national marin de Fernando de Noronha, d’une superficie de 11.270 hectares,  compte 13 espèces de requins, dont trois y sont très communes, le requin citron, le requin nourrice (qui peut atteindre 8 mètres de longueur) et le requin de récifs. Jusqu’en 1997, tous les requins de la zone étaient victimes de la pêche, mais aujourd’hui toutes les espèces y sont protégées et l’archipel est devenu un véritable berceau pour les requins. C’est aussi le meilleur endroit du Brésil pour les observer, d’où les abus des visiteurs, qui sont assez fréquents malgré les restrictions et la présence des gardes et de biologistes du parc. Il est en effet commun que des baigneurs essayent d’attrapper les bébés requins et les sortir hors de l’eau, comme on peut le voir sur la photo suivante. Ces pratiques sont désormais passibles de lourdes amendes, comme ça vient d’être le cas pour ce couple de touristes ; l’affaire a été largement médiatisée au Brésil, ce qui devrait servir d’exemple pour que les visiteurs laissent enfin les bébés requins en paix.

Baigneur sortant un bébé requin de l’eau (la tête du requin en agrandissement).

Baigneur sortant un bébé requin de l’eau (la tête du requin en agrandissement).

En plus des requins, l’archipel est aussi connu pour ses eaux limpides et chaudes, la richesse de sa faune aquatique et la beauté de ses paysages, et jusqu’en 2015, on y avait jamais enregistré  d’attaque de requin. Pourtant, cette année lá, un baigneur a été victime d’une importante morsure de requin citron adulte, et a du être amputé de l’avant-bras. Puis, en décembre 2016, un autre baigneur a été mordu, à la main cette fois. Ce sont jusqu’ici les seules attaques de requins enregistrées à Fernando de Noronha. Pas de quoi affoler les visiteurs !

Infos pratiques : Fernando de Noronha est administré par l’Etat de Pernambuco. On y accède en avion depuis Recife ou Natal (environ 1 heure de vol) et sur place on doit loger dans l’un des hôtels ou pousadas, le camping y étant interdit. L’accès aux sites de plongée et aux plages sont limités et les visites doivent être programmées à l’avance. Le nombre de visiteurs autorisés varie de 12 à 100 personnes maximum par jour, suivant les plages et les sentiers de randonnée.

Une taxe de séjour par personne est exigée, de 99,00 Reais à 198,00 pour les non brésiliens. A cela s’ajoute la taxe d’accès au parc national, qui est de 69,00 Reais.

2 Comments

  • anne caroline dit :

    Bonjour ! En parcourant le net avant de faire le grand saut vers Salvador, je me suis arrêtée ici lire quelques articles ! Merci pour ces partages et articles très bien écrits !
    Je prends l’avion ce soir de Paris, direction Salvador, puis Boipeba et Tinharé 🙂

    • Bruno dit :

      Merci pour ces gentils commentaires et de suivre ce blog, qui au hasard des chemins nous a fait nous connaitre alors que vous étiez sur le départ pour ce petit paradis qu´est l´île de Boipeba. Je vous y souhaite un merveilleux séjour (ce ne sera pas difficile !).
      Merci encore et peut-être à bientôt.
      Bruno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *