Festa do Bonfim à Salvador de Bahia

Festa do Bonfim à Salvador de Bahia
Festa do Bonfim à Salvador de Bahia

Cette fête est incontestablement la plus expressive du syncrétisme religieux au Brésil. C´est au cours de ces célébrations que l´on procède au Lavagem do Bonfim. Ce « lavage », qui est une fête dans la fête, est effectué par des Bahianas (Bahianaises), femmes en costume traditionnel, qui nettoient avec de l´eau parfumée le parvis de l´église do Bonfim. Cette fête est aujourd´hui classée au Patrimoine Immatériel du Brésil.

Le Senhor do Bonfim adoré dans l´église do Bonfim pendant les festivités.

Le Senhor do Bonfim adoré dans l´église do Bonfim pendant les festivités.

La Festa do Bonfim, a lieu le second dimanche de janvier après le Jour des Rois en clôture d´une période de neuvaine. Ce dimanche là, les fidèles se réunissent et partent de l´église dos Mares, pour la procession dos Três Pedidos (les trois voeux). Ils se dirigent alors vers l´église do Bonfim, située sur la « colline sacrée » ; ils font trois fois le tour de l´église en faisant trois voeux (que l´on retrouve avec la tradition des rubans do Bonfim). La procession se termine par des prières, une messe et le Salut du Saint Sacrement.

La foule des fidèles se rendant vers l´église do Bonfim.

La foule des fidèles se rendant vers l´église do Bonfim.

Le Lavagem do Bonfim intervient quant à lui, le jeudi qui précède ce dimanche de clôture. En 2017 c´est donc ce jeudi 12 janvier qu´a eu lieu le lavage. Plusieurs centaines de milliers de fidèles forment un cortège qui part de l´église de la Conceição da Praia, aux pieds de l´ascenseur Lacerda, et se dirige vers l´église do Bonfim, située dans le quartier de Ribeira, un parcours de 8 km. Ce sont les Bahianas qui mènent le cortège et ce sont elles qui sont l´attraction lorsqu´elles commencent à laver le parvis et les marches de l´église do Bonfim. Elles sont environ 200 femmes vêtues de blanc, qui frottent le sol avec des balais et y versent de l´eau parfumée de fleurs. Cette tradition du lavage do Bonfim date de 1773, à l´époque, les confréries d´adeptes du Seigneur de Bonfim, obligeaient les esclaves à laver l´église en vue de la préparation de la fête. Au 19e siècle, les fidèles ce sont aperçus que bon nombre des esclaves lavaient l´église par dévotion à Oxalá, la divinité africaine associée à Jésus dans le syncrétisme. Aussitôt, les autorités catholiques de Bahia interdisent le lavage de l´église et exigent la fermeture des portes durant les festivités. C´est à partir de ce moment que les Bahianas ont commencé à laver l´extérieur de l´église, son parvis et ses marches.

Dans le candomblé, il existe un rituel appelé as Aguás de Oxalá (les eaux d´Oxalá) et qui, resté assez mystérieux est réservé aux adeptes des cultes afro-brésiliens. Ce rituel consiste au renouvellement des eaux de l´Axé (l´énergie vitale) et rend hommage à l´eau, source de la vie. Il débute justement le jeudi soir et s´étend sur une période de 16 jours. A Salvador, il débute le jeudi du lavage de Bonfim. Dans ce rituel, le blanc domine, c´est la couleur de la divinité Oxalá, d´où la tenue traditionnelle des Bahianaises qui mènent le cortège.

Eglise do Bonfim à Salvador de Bahia, style néo-classique avec façade rococo.

Eglise do Bonfim à Salvador de Bahia, style néo-classique avec façade rococo.

Quant à la dévotion au Senhor do Bonfim, elle commence en 1745, quand l´officier de la marine portugaise, Thedózio Rodrigues de Farias, rapporte de Lisbonne l´image du Christ de Bonfim dont il était dévôt. Il réalise ainsi une promesse faite en haute mer, lors d´une grande tempête, alors que son navire était sur le point de couler, il fît la promesse au Senhor do Bonfim d´enmener sa dévotion au Brésil s´il lui laissait la vie sauve. Le Senhor do Bonfim, dont la dévotion est surtout connue dans la ville de Setubal au Portugal, devient à Bahia un saint miraculeux. On lui attribue de nombreuses guérisons et aujourd´hui il est toujours possible d´y voir et d´y déposer les ex-voto en remerciements des grâces obtenues. Dans l´église, une statue du Christ est exposée devant l´autel, son bras droit est étendu et mesure 47 cm, c´est ce que l´on appelle la Medida do Bonfim, la mesure du Bonfim, celle-là même qui devrait être aussi la mesure exacte des rubans porte-bonheur, les très célèbres Fitinhas do Bonfim

Fitinhas do Bonfim

A suivre, les rubans do Bonfim…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *