Le carnaval, au delà des écoles de samba

Le carnaval cuvée 2015 a commencé partout au Brésil, l´ambiance « pré-carnaval » bat son plein, et on aurait tort de croire que seules les écoles de samba mènent la fête.

Question : le carnaval en dehors de la période des défilés des écoles de samba c´est quoi ?

Bruno Guinard : les défilés d´écoles de samba ne sont effectivement qu´un aspect du carnaval. D´ailleurs ces défilés n´existent pas partout, les plus connus sont ceux de Rio de Janeiro et de São Paulo, mais la plupart des autres grandes villes ont d´autres carnavals. On pourrait citer celui de Olinda, près de Recife, l´un des plus traditionnels, la samba y est remplacée par le frevo, un rythme local qui n´a rien à voir avec la samba. A Salvador de Bahia, pas d´écoles de samba non plus, le carnaval consiste à suivre les fameux trios elétricos, ces gros camions équipés de haut-parleurs qui crachent des méga-tonnes de décibels sur la foule qui les suit en dansant.

Il faut aussi savoir qu´on peut vivre le carnaval en dehors de la période des défilés, c´est important pour tous ceux qui viennent au Brésil dès la fin janvier. Un peu partout il est possible de s´amuser, gratuitement et en toute spontanéïté. Il existe ce qu´on appelle ici les blocos, qui sont en fait des orchestres presque improvisés, qui ne se forment qu´en cette période et qui réunissent les gens d´un quartier. C´est le vrai carnaval de rues, il est redevenu à la mode depuis quelques années, à Rio, par exemple, il existe plusieurs centaines de blocos, du plus petit dans les fins-fonds des quartiers populaires, aux plus grands dans les quartiers plus huppés, comme la Banda de Ipanema, traditionnelle du quartier d´Ipanema et qui réunit des milliers de personnes. Ou encore le Bloco Cordão da Bola Preta, l´un des plus anciens et traditionnels qui envahit les rues du centre ville. Enfin, à Santa Teresa, quartier plus colonial sur les hauteurs du centre de Rio, le bloco des Carmelitas. Pour ne citer que les plus connus.

Il y a aussi des blocos plus « thématiques », plus «spécialisés », si on préfère le rock, le funk, ou le reggae, on trouve des blocos qui composent avec ces rythmes. Il y en a vraiment pour tous les goûts. De plus on ne paye rien pour suivre ces blocos et on est pas obligé de se déguiser.

 bloco cordao

Le bloco Cordão de Bola Preto dans le centro de Rio – 2015

Question : comment savoir où et à quelle heure ça se passe ?

BG : les hôtels, agences de voyages et offices de tourisme ont le calendrier de toutes ces fêtes, il existe aussi des sites Internet qui donnent toutes ces informations. Ils peuvent aussi effectuer des réservations si on veut vivre le carnaval dans les Bailes (les bals), qui eux aussi sont très traditionnels. En fin de texte je donnerai quelques lieux et horaires.

Question : les bals ça se passe comment ?

BG : là aussi il y a différentes ambiances, mais l´esprit de la fête est bien sûr partout. Il y a les bals traditionnels, en général avec orchestres de samba, puis des bals plus spécialisés, comme les bals gay par exemple, ou les bals chics des grands hôtels, dont le plus traditionnel est celui du Copacabana Palace. On a le choix en général entre trois catégories d´entrées, la moins chère c´est la pista (piste de danse), comme son nom l´indique on est debout, ce qui veut dire pas de place réservée. Puis il y a les mesas (les tables), qui peuvent être pour quatre, ou plus, dans ce cas il faut former un groupe et louer une table. Les prix varient selon le prestige et le confort du lieu, mais à partir de 60,00 euros on devrait pouvoir trouver une entrée en pista dans un des bals populaires. Enfin, il y a les camarotes (les loges), souvent pour des groupes à partir de 12 personnes. Là c´est le service vip, plus privatif avec boissons et buffet compris.

Puis il y a les bals des grands clubs traditionnels, comme le Baile Scala Rio et enfin ceux des écoles de samba, qui en dehors des défilés organisent des bals aux couleurs de leur école, comme par exemple la Mangueira. La danse et la musique sont bien sûr partout à l´honneur, on y boit aussi beaucoup, surtout de la bière, la drague est bien sûr de mise, mais sans lourdeur, de toute façon il y a tellement de monde que les partenaires potentiels ne manquent. Certains blocos de rues organisent aussi leurs bals privés, comme le Cordão da Bola Preta, par exemple. Tout ça sont les bals, et bien sûr c´est toujours la nuit.

Question : ces bals sont-ils violents ?

BG : pas du tout, ce serait la fin de ces bals, il y a un service d´ordre très présent car personne n´a intérêt à faire fuir la clientèle. Par contre ça bouscule un peu parfois, il peut y avoir des disputes entre couples, mais d´une façon générale ça n´est pas dangereux, il faut juste laisser ses principes aux vestiaires et prendre tout ça à la légère. Par contre, si on aime ni la foule, ni le bruit (la musique est toujours à fond), ni les mains balladeuses et ni les beuveries, il est évident qu´on a rien à y faire.

bal bloco

Bal Bloco Cordão da Bola Preta.

Question : et dans la rue ?

BG : là non plus il ne faut pas avoir peur, bien entendu il y a des lieux et des horaires plus propices aux agressions, mais d´une façon générale en pleine jounée il n´y a pas de danger. Les familles y enmènent leurs enfants, il y a d´ailleurs un bloco pour les enfants, le bloco do Lindinho, parfois même leurs animaux de compagnie (et oui il y a même un  bloco pour les animaux !). Il faut par contre faire un peu plus attention la nuit, surtout dans le centre et les quartiers excentrés, il peut y avoir des bagares, à ces heures avancées l´alcool a fait des ravages ! Mais dans la zone sud ces fêtes sont assez bon enfant et très surveillées, pourtant il y a foule, mais si on suit le mouvement et qu´on joue le jeu on ne risque rien. Bien entendu on y va pas avec son passeport et ses cartes de crédit, qui n´y sont d´ailleurs d´aucune utilité, dans une foule on est jamais à l´abri de pickpockets.

sem personagem

Carnaval de rue à Ipanema.

Question : tu aurais des conseils, des tuyaux ?

BG : pour ceux qui veulent vraiment  tout connaitre du carnaval, je conseille Rio, c´est là où il y a le plus de choix et où c´est le mieux organisé et encadré. A moins qu´on soit un fou de costumes et de chars, le non initié risque de très vite s´ennuyer au défilé des écoles de samba. Dans ce cas, qu´il n´y aille qu´un seul soir, juste pour voir à quoi ça ressemble. Par contre, tout autour du sambodromo (lieu de défilés des écoles de samba de Rio) règne une ambiance incroyable et ça c´est à découvrir. En effet, nombreux sont les supporters des écoles qui n´ont pas les moyens de se payer l´entrée au sambodromo, alors ils se réunissent autour, dans les rues voisines. De là ils entendent leurs écoles défiler, il y a une ambiance dingue, et en plus on voir arriver et sortir les figurants qui vont rejoindre le défilé, ou ceux qui en sortent, donc encore déguisés. Ça c´est exactement tous les soirs des défilés, du vendredi soir au mardi soir, cette année 2015 donc du 14 au 17 février.

Par ailleurs, je conseille les blocos de rues que j´ai cité plus haut, comme ils défilent dans des quartiers où se trouvent aussi les hébergements, c´est très pratique, on a pas besoin des transports, car en période de fêtes les embouteillages sont monstrueux.

bloco banda

Bloco Banda de Ipanema.

bloco des carmelitas

Bloco des Carmelitas à Santa Teresa.

Question : est-il mieux de se déguiser et peut-on photographier facilement les gens ?

BG : comme je l´ai dit le déguisement n´est pas obligatoire, surtout quand on est spectateur. Bien sûr si on veut défiler dans un bloco c´est toujours un plus que d´arriver déguisé. Dans les bals, pas d´obligation non plus, mais en général tout le monde en profite pour se lâcher un peu, c´est l´occasion de se maquiller ou de se déguiser comme on ne le ferait jamais ailleurs, d´exprimer peut être certains phantasmes, ou tout simplement se rendre plus voyant, plus attrayant, plus sexy ou plus original. Il est aussi tout à fait traditionnel que les hommes se déguisent en femmes, ou vice versa, même si c´est plus rare de voir des femmes en hommes. Les travestis sont bien sûr à l´honneur dans ces fêtes, ils rivalisent d´excentricité dans les blocos, et ont même un bloco qui en général défile à Copacabana. Quant aux photos, il n´y a aucun souci à photographier les gens déguisés et costumés, bien au contraire, ils sont venus pour attirer l´attention, alors les photographier c´est les mettre en vedette. Le seul souci serait de se faire voler son matériel dans un bain de foule. Donc si on veut vraiment faire des photos, il est préférable de se trouver un coin plus tranquille et regarder passer le bloco. Puis il y a des gens déguisés un peu partout dans la ville qui vont rejoindre leur bloco, on trouve toujours facilement le bon angle et le bon sujet !

groupe hommes religieuses

Groupes d´hommes en religieuses.

BRAZIL-CARNIVAL-ANIMALS

Participant du bloco Blocão, sur Copacabana (le bloco des animaux déguisés).

Voici maintenant une liste des principaux blocos de rues à Rio de Janeiro, qui vont défiler en février. Cette liste se limite aux quartiers allant de la zone sud au centre ville et ne cite que quelques uns des plus célèbres ; la mairie a enregistré cette année 492 blocos de rues, c´est dire comme le choix est infini :

 

Vendredi 13 février

Le Bloco das Carmelitas : défile à partir de 15h00 dans le quartier de Santa Teresa, départ de la rue Almirante Alexandrino et termine praça Odilo Costa Neto.

La Banda do Lido : à partir de 17h00 sur la praça do Lido (Copacabana), début du défilé environ deux après, sur l´avenue qui borde la plage de Copacabana.

Le Bloco Boêmios da Lapa : passe de bar en bar dans le quartier de Lapa (centre ville) en commençant sur la praça dos Arcos da Lapa.

Samedi 14 février

La Banda de Ipanema : défile dans les rues d´Ipanema à partir de 17h00 en partant de la praça General Osório.

Le Multibloco : c´est le plus matinal, départ à 09h00 avenida Henrique Valadares dans le quartier de Lapa.

 

 

Dimanche 15 février

Le bloco Simpatia é Quase Amor : à Ipanema à partir de 17h00 sur la praça General Osório, termine rua Anibal de Mendonça.

Le bloco Bangalafumenga :  commence à 15h00 sur le Aterro do Flamengo (parc de Flamengo en allant vers le centre ville).

La Banda do Lidinho (pour les enfants) : à Copacabana praça do Lido de 15h00 à 19h00.

Lundi 16 février

Le bloco Céu na Terra : défile à partir de 16h00 à Santa Teresa, départ du Largo das Neves.

Bloco Sargento Pimenta : quartier de Glória, commence à 15h00 avenida Infante dom Henrique.

Bloco Arteiros da Glória : toujours à Glória, comme il commence à 16h00 on peut profiter aussi du bloco précédent. Départ rua da Glória.

Le Bloco Du Carvalho em Pé : quartier de Botafogo, commence à 10h00 rua Visconde de Caravelas.

Le bloco Rancho Flor do Sereno : à Copacabana, se concentre devant le bar Bip-Bip rua Almirante Gonçalves et défile dans les rues du quartier à partir de 18h00.

quase amors

Bloco Simpatia é Quase Amor.

bloco banda de lpanema

Bloco Banda de Ipanema

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *