Ariano Suassuna

Le grand homme de lettre du Brésil s´en va rejoindre ce paradis qu´il a tant décrit.

Le pays vient de perdre l´un de ses plus grands auteurs contemporains, Ariano Suassuna. Âgé de 87 ans, auteur de nombreuses pièces de théatre, de romans et de poèmes, Ariano Suassuna était l´infatigable défenseur de la culture régionale brésilienne, de ce Nordeste dont il est orignaire et qui lui inspira l´immense majorité de son oeuvre. Écrivain, artiste, dramaturge, né dans une famille protestante, il se convertira plus tard au catholicisme ; avocat de formation, il était membre de l´Académie des Lettres du Brésil et connu aussi pour avoir fondé le mouvement culturel Armorial, qui pronait le développement d´un art érudit basé sur des éléments de la culture populaire.

ariano suassunaAu Brésil, on connait surtout Ariano Suassuna à travers toutes les adaptations de ses oeuvres pour le cinéma ou la télévision, dont la plus célèbre d´entre elles «O Auto da compadecida », publiée en 1955, il est considéré comme le texte le plus populaire du théatre brésilien moderne. Mais Ariano Suassuna était aussi un orateur hors pair et doté d´un fabuleux sens de l´humour, il faisait sensation lors de ses interviews et de ses conférences. Peu connu hors du Brésil, afin de le découvrir voici ci-dessous quelques unes de ses célèbres phrases et interventions, ainsi que la liste de ses oeuvres les plus populaires :

« Le pessimiste est un idiot. L´optimiste un enmerdeur. L´idéal c´est d´être un réaliste qui a de l´espoir ».

« L´humanité est divisée en deux, d´une part ceux qui sont d´accord avec moi, de l´autre ceux qui se trompent ».

« Je n´ai pas d´imagination, je ne fais que copier, j´ai de la sympathie pour les menteurs et comme j´appartiens à la même branche je les reconnais tout de suite ».

« Le Brésil est uni dans sa diversité. Nous respectons la culture des Gauchos, du Nordeste, de l´Amazonie, etc. Ce qui est pénible c´est cet aplanissement planétaire. Vous allumez la télé et vous voyez un chanteur allemand, brésilien ou américain et vous ne voyez pas la différence, ils s´habillent et chantent de la même façon ».

« La massification mène la qualité artistique au niveau du goût moyen. Dans l´art, le goût moyen est pire que le mauvais goût. Je n´ai jamais vu un génie au goût moyen ».

« La globalisation est le nouveau nom de l´impérialisme ».

« Je crois que l´art est local avant d´être régional, mais s´il est bon, il deviendra contemporain et universel ».

« Les fous ont tout perdu, sauf la raison. Ils ont leur raison à eux. Les menteurs ressemblent aux auteurs qui mécontents de la réalité en inventent d´autres ».

« Tout le monde pense que les chiens aiment les os, mais moi je vous dis que les chiens aiment la viande, comme tout le monde. Si vous lui donnez à choisir entre un os et un steack, que va-t´il préférer ? ».

ariano suassuna 2Parmi les oeuvres les plus populaires d´Ariano Suassuna, voici les plus connues et celles qui ont été adaptées pour la télévision ou le cinéma :

« Auto da Compadecida »(traduit en français comme « Le jeu de la miséricordieuse » ou « Le Testament du chien ». Gallimard 1970).

Datant de 1955, c´est la pièce qui a consacré Ariano Suassuna comme auteur dramatique. La pièce reprend des éléments du théatre populaire, des textes portugais médiévaux, et de la « Litertura de cordel », un genre qui a toujours satirisé les religieux et les hommes de pouvoir afin de galvaniser les plus démunis.

« O Romance d´A Pedra do Reino »(traduit en français comme « La Pierre du Royaume ». Métaillié 1998)

Publié en 1971, ce texte s´inspire d´un épisode historique du Sertão au 19ème siècle lorqu´une bande de « fanatiques », sur les dires d´un hors-la-loi qui se proclame descendant d´un monarque, tentent de recréer le règne du roi ibérique Dom Sebastião.

« Uma Mulher Vestida de Sol » (une femme vêtue de soleil).

C´est la première pièce écrite par Ariano Suassuna (en 1947). Déjà, l´auteur nous plonge dans l´atmosphère de la culture populaire du Nordeste. A travers les amours interdits de deux jeunes du Sertão, on retrouve tous les éléments de cet univers si particulier, la tragédie, l´honneur de la famille et l´inceste, tout cela abordé avec beaucoup d´humour.

« A Pena e a Lei » (la peine et la loi).

Mélange de comédie et de tragédie, ce texte de 1959 s´inspire du traditionnel théatre nordestin des pantins, les « Mamulengos ». Ici les acteurs commencent par imiter les pantins, puis, l´un d´eux cogite un plan pour séduire la femme qu´il aime, en prenant soin de ne pas éveiller les soupçons de ses enemis. Au fur et à mesure de la pièce les pantins s´humanisent et les acteurs qui les manipulent entrent à leur tour en scène.


« A Farsa da Boa Preguiça » (la farce de la bonne paresse).

Ce texte de 1960 raconte l´histoire d´un pauvre poète et de son épouse convoitée par un riche homme de pouvoir local. On y retrouve des éléments du théatre nordestin des pantins et des contes populaires, de la « Literatura de cordel » et de la poésie baroque. Cette pièce a été adaptée et portée à l´écran par la TV Globo en 1995.


Ariano Suassuna est né en 1947 dans l´Etat de Paraiba (nordeste) mais il a passé sa vie dans l´Etat voisin de Pernambuco, qu´il a très peu quitté, ayant une peur viscérale de l´avion. En 1930 son père, ancien gouverneur de Paraiba, est assassiné pour des raisons politiques. Ariano a alors trois ans et gardera ce traumatisme toute sa vie. Dans une interview récente, il disait n´avoir réussi à pardonner les assassins de son père qu´après ses 80 ans « Le pardon est la chose la plus difficile qui soit, mais j´y suis parvenu, car je crois en l´existence de l´enfer et du purgatoire. Mais ils ne sont pas éternels, ce n´est qu´un passage. Dieu a du savoir doser et leur infliger la punition qu´ils méritaient. Ils ont donc payé, alors qui suis-je pour revenir sur la décision de dieu ? ».

ariano suassuna 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *