Un Brésil qui nous vient du froid

On a certainement pas l´habitude de voir le drapeau brésilien flotter par moins 25° au dessus des glaces. Pourtant, il faut savoir que ce pays possède un droit de recherches scientifiques en Antarctique et y maintient une base permanente de depuis 1984. C´est la station Comandante Ferraz, probablement le petit coin de Brésil le plus froid et le moins connu de la planète.

base bresil1

Nouvelle base brésilienne en Antarctique qui sera inaugurée en 2016

L´hiver, les nuits y durent plus de 18 heures et les températures descendent jusqu´à moins 28°. On est dans le nord du continent antarctique, à 3.115 km du pôle sud et à 4.515 km de Rio de Janeiro.Mais que font donc nos Brésiliens dans ces contrées aussi inhospitalières ? L´intérêt scientifique du Brésil commence dans les années 1980, principalement avec l´identification du trou dans la couche d´ozone. En 1984 le pays y installe une base, au début elle n´est qu´un simple campement temporaire (base d´été). Puis très vite, la base se développe et devient la plus grande base permanente du nord antarctique, avec 2.500 m² (qui passera à 4.500m² dès 2016),et qui abrite une bibliothèque, un laboratoire, une infirmerie, un réfectoire, une cuisine, une salle de sports et une partie logement qui peut accueillir soixante personnes. Les scientifiques brésiliens y développent plus d´une vingtaine de programmes de recherches, principalement liés aux changements climatiques et ses conséquences pour l´Amérique du sud. On travaille ici sur le réchauffement global,les effets de serre, la température, la couche d´ozone, le niveau des océans, et la pollution atmosphérique. Le Brésil s´intéressant tout particulièrement aux conséquences de la déforestation de l´Amazonie sur le climat. Par ailleurs, une équipe de biologistes y développe des recherches sur des oiseaux et petits vertébrés marins. Entre la base au sol et les navires, ce sont 300 personnes qui travaillent sur les 24 programmes scientifiques brésiliens en Antarctique.

base bresil2

Carte de l´Antarctique et zones de recherches scientifiques du Brésil. En jaune avec le drapeau brésilien : zone maritime et emplacement de la base Comandante Ferraz. En vert : zone brésilienne de recherches géologiques.

base bresil3

Ancienne base brésilienne, détruite par un incendie en 2012

base bresil4

Zone brésilienne de recherches en Antarctique

La base Comandante Ferraz qui fonctionne depuis 1984, a été détruite à 70% par un incendie accidentel en février 2012. Pour ne pas interrompre les travaux le Brésil a dépêché sur place deux navires de la marine nationale, le « Almirante Maximiano » et le « Ary Rongel » pour poursuivre les programmes. Les scientifiques y sont actuellement installés en attendant l´inauguration de la nouvelle base prévue pour 2016.

base bresil5

Le navire brésilien de recherche océanographique “Almirante Maximiano”

Sur le plan opérationnel le Brésil, comme on l´a vu plus haut, le Brésil maintient une base permanente en Antarctique, mais celle-ci réduit son personnel et ses activités durant la période hivernale qui va de mars à septembre. La base est alors ravitaillée par les airs et par parachutage puisque les conditions météorologiques ne permettent pas l´atterrissage. En été, le ravitaillement et l´acheminement de la base se fait depuis Rio de Janeiro. C´est le navire « Ary Rongel » qui quitte le port de Rio avec l´approvisionnement, le matériel et une partie des équipes scientifiques. Le navire fait escale à Rio Grande, dans l´extrême sud du Brésil, il y charge alors le matériel scientifique et le restant des équipes. Ensuite il descend directement en Antarctique et sur place l´acheminement des personnes et du matériel se fait par hélicoptère, ou zodiak. Le navire reste sur place jusqu´à la fin de la saison.

En complément, quatre vols sont organisés pendant l´été par l´armée de l´air brésilienne et en partenariat avec le Chili. Les appareils, des Hercules C-130, partent eux aussi de Rio de Janeiro et font escale sur la base militaire de Pelotas, à l´extrême sud du Brésil (frontière avec l´Uruguay) où il charge le nécessaire. Il se dirige ensuite vers la Patagonie chilienne et se pose à Punta Arenas. Après cette escale, le vol se poursuit jusqu´à la base chilienne en Antarctique, qui se trouve à 300 km de la base brésilienne. Le matériel, ou les personnes, sont alors acheminés en hélicoptère, et parfois en bateau jusqu´à Comandante Ferraz.

A la fin de l´été australe, le navire rentre sur Rio de Janeiro, ramenant à son bord les équipes et tous les prévélements qui seront analysés en laboratoire. A cette occasion, le bateau ramène aussi tous les résidus de la base qui seront traités au Brésil.

Le Brésil a rejoint le Traité de l´Antarctique en 1975. Il fait aujourd’hui partie des16 pays « membres consultatifs », pays, qui, en plus des 12 membres initiaux, ont démontré un intérêt pour des recherches scientifiques en Antarctique, ce qui leur donne le droit d´y établir une base. Le programme Antarctique du Brésil est mené en partenariat par 5 ministères, l´Intérieur, l´Environnement, des Sciences et Technologies, de la Défense, et des Mines et Énergies. Une agence, appelée CNPQ (Conseil National pour le Développement Scientifique et Technologique) se charge de la gestion du programme, c´est elle qui trouve les financements et établit les liens avec les scientifiques, les universités et diverses autres institutions.

1 Comment

  • Chazarenc dit :

    Très intéressant ce petit morceau d’anti Brésil tout froid et figé, il y a quand même eu un incendie ce qui j’imagine est quand-même rare dans une base antarctique ; le retour du Brésil chaud !?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *