Les hébergements au Brésil

Question – Dans un voyage il n´est pas toujours aisé de choisir son hébergement, surtout dans un pays aussi varié et immense que le Brésil. Peut-tu nous donner quelques repères ?

BG – C´est vrai qu´au Brésil on a un choix immense en variété d´hébergements, et il n´est pas toujours facile de s´y retrouver. Dans les grandes villes, on trouve plus généralement les classiques hôtels, du plus simple au plus luxueux, en général des immeubles aseptisés, plutôt sans charme, mais fonctionnels. C´est donc le budget qui va déterminer le choix, puis aussi la question de la localisation. Il faut analyser en fonction du lieu, si on veut près de la plage, ou un centre historique. Dans les grandes villes, d´une façon générale, il faut oublier la notion de centre-ville telle qu´on la connait en Europe. Au Brésil les centres-villes sont plutôt des centres d´affaires, donc déserts en dehors des heures de bureaux ou les week-ends, ils sont aussi en général bruyants et peu sûrs. C´est donc plutôt dans les quartiers résidentiels qu´on séjourne, et là bien sûr c´est variable selon les villes.

Par contre, dans les villes historiques, qu´on appelle aussi coloniales, il est préférable d´être le plus au centrepossible, c´est le cas dans les plus connues comme Parati, Olinda, Ouro Preto, Tiradentes, etc, et dans les grandes capitales ayant un centre historique, comme São Luis ou Salvador de Bahia, là on choisit plutôt les centre historiques pour séjourner.

En plus des hôtels, il existe aussi des pousadas, qui sont des petits hébergements familiaux, quelque chose entre l´auberge et les chambres d´hôtes, en tout cas c´est le principe de base ; mais la pousada aujourd´hui a largement dépassé le concept initial qui exigeait qu´elle ne dépasse pas neuf chambres et soit vraiment familiale, c´est à dire que la famille habite sur place. On trouve donc actuellement des pousadas très grandes, parfois de plus de 80 chambres et appartenant à des grands groupes hôteliers. Bien entendu, le concept de la pousada petite et familiale n´a pas disparu, bien au contraire, et on en trouve un très grand nombre partout dans le pays. Ces petits hébergements sont assez recherchés, car on pense qu´ils sont moins chers que les hôtels, mais là aussi ça dépend beaucoup des catégories, il y a des pousadas de luxe, tout comme il y a des hôtels simples, il faut donc y regarder de plus près et comparer les prix pour chaque destination.

En dehors des villes, on trouve aussi des pousadas, surtout sur le littoral, mais aussi des lodges en Amazonie et dans le Pantanal, et aussi en pleine nature des hotel-fazenda, qui sont des hébergements à la ferme. Ces hébergements proposent d´ailleurs des activités liées au quotidien de la ferme ou à leur environnement, comme équitation, sorties en pirogues, randonnées en forêt, pêche, etc.Les auberges de jeunesse et hostal se multiplient aussi dans le pays, principalement dans les grandes villes, c´est un concept assez nouveau ici et qui, quand on regarde les prix des hébergements au Brésil. a certainement un bel avenir devant lui.

Enfin, il existe les locations de maisons ou appartements en « temporada », c´est à dire pour des périodes courtes. C´est très développé dans les villes connues pour leurs grands évênements, comme le carnaval de Rio, de Salvador, de Recife, etc. Mais qui fonctionne aussi comme location vacances pour les familles brésiliennes. En revanche, le camping et le caravaning sont quasiment inexistants au Brésil.

Question –Existe-il un typed´hébergement plus spécifique au pays ?

BG – La pousada est déjà quelque chose de très spécifique au Brésil, même si on en trouve dans d´autres pays, comme au Portugal puisque c´est là son origine, ou dans des pays d´Amérique latine (où ça s´appelle pensión), ça reste l´hébergement le plus « tipico » du Brésil. Enfin, depuis quelques années il est très en vogue pour les touristes de loger dans des favelas. C´est un nouveau type d´hébergement qui se développe surtout à Rio, c´est le même principe que la pousada simple, mais dans la favela.

Question –N´est-il pas dangereux de loger dans une favela ?

BG – Ces petits hébergements familiaux sont installés dans des favelas qui ont été pacifiées, c´est à dire où les autorités ont expulsé les gangs qui les controlaient et y maintiennent un certain service d´ordre, notamment avec les unités de police de proximité. Ce sont donc des lieux sécurisés où il est devenu possible de créer ce genre d´activité, sans cela ça me marcherait pas. De toute façon, la favela n´est pas toujours le coupe-gorge qu´on s´imagine, il y a beaucoup de fantasme autour de la favela, mais c´est un autre sujet. Pour les touristes l´idée est de partager le quotidien de ces habitants défavorisés, c´est évidemment plus « pittoresque » qu´un trois étoiles sur Copacabana où l´on a bien peu de chance de croiser des Brésiliens. Cette recherche d´authenticité est légitime, et puis au fond c´est une question très personnelle, si on pense qu´en logeant dans la favela on comprendra mieux le Brésil pourquoi pas. Mais attention, la favela n´est qu´un des aspects du pays, il ne faut pas croire que tout le pays est comme ça, ceux qui disent, après avoir logé dans une favela, « j´ai connu le vrai Brésil » se trompent, ils n´ont connu qu´un aspect du pays.Ce qui m´amuse un peu, c´est de voir ces touristes qui n´iraient probablement jamais séjourner dans une cité de banlieue chez eux, mais il est vrai qu´à l´étranger on se permet souvent des choses qu´on ne ferait pas chez soi.

Question –Qu´est-ce qui marque vraiment la différence entre un hôtel et une pousada ?

BG – Je dirais que la pousada est un lieu plus intimiste, plus familial, plus chaleureux d´une façon générale. Le coté positif c´est ça, c´est plus à l´échelle humaine. Mais il faut savoir qu´on s´y retrouve avec des gens, les propriétaires souvent très présents, puis les autres clients, on prend souvent les petits-déjeuners ensembles, c´est donc idéal pour les contacts humains, sauf quand on tombe mal ! C´est la contre-partie, si on tombe sur des gens avec lesquels on accroche pas, ou sur des proprios mesquins qui essayent de vous vendre tout ce qu´ils peuvent, des transferts, des city-tours, de l´artisanat, etc, on a moins de possibilités de replis, donc ont subi, et ça peut être très désagréable. On peut aussi tomber sur des pousadas dont les proprios n´ont pas trop les moyens, alors il n´y a pas la climatisation, ou le linge de maison est en synthétique, les matelas fins et en mousse (et dans un pays tropical je vous assure que c´est important),dans ces cas-là c´est forcément moins confortable. Et je passe sur le chapitre de la déco kitsch, car finalement dans ces petits hébergements on rentre dans l´intimité des gens, si c´est réussit c´est super, mais si c´est raté faudra être diplomate !

Les hôtels eux aussi ont leurs avantages et leurs inconvénients. C´est le contraire de la pousada, on y passe incognito et on y est souvent plus un numéro de chambre qu´autre chose, sauf dans les petits hôtels. Certains sont aussi de vrais hall de gare, donc il vaut mieux taper dans les catégories supérieures pour éviter le tourisme de masse. Le coté négatif c´est qu´en général c´est que ce n´est pas très glamour, ce ne sont pas des lieux originaux puisqu´ils sont pareils partout dans le monde. Tout dépend donc de ce que l´on recherche.

Mais je crois vraiment que ce n´est pas une question d´appellation, il n´y a pas de règle, on trouve aussi bien des hôtels sympas que des pousadas sympas, il faut juste comparer les prix et voir ce que chacun propose.

Question –Justement en parlant de prix est-ce qu´il y a des fourchettes, peux-tu  nous donner une idée ?

 BG – Ça c´est tellement lié aux catégories d´hébergements qu´il est impossible d´avancer des prix. Ce qu´il faut savoir c´est que d´une façon générale l´hébergement est cher au Brésil, en tout cas celui de qualité,car la vie y est devenue très chère. Les prix ont explosé ces dernières années. Et comme il n´y a pas de règles sur les tarifs, en plus du coût de la vie il y a des hôteliers qui font un peu ce qu´ils veulent. Ceci dit, il existe la loi du marché, et bien sûr elle varie selon les villes. Sur un même site géographique, on va donc quand même trouver une certaine constance sur les tarifs, c´est normal, surtout s´il y a beaucoup d´hébergements, la concurrence joue. Ensuite, il y a une question de bon sens, un hébergement simple qui pratique des prix élevés, au dessus de 80 ou 100 Euros la chambre (hors période de carnaval ou Réveillon, où là les prix explosent) on doit se demanderpourquoi, car a priori rien ne le justifie. D´autant plus si c´est une petite pousada simple où il n´y a souvent qu´un seul employé avec les proprios, donc pas beaucoup de masse salariale (c´est ce qui coute le plus cher aux entreprises au Brésil). Bien sûr moins elle a de chambres plus la pousada essaiera de se rentabiliser. Quand on commence à payer 80, 100, 150  Euros la nuit, et plus, à moins qu´il s´agisse d´un hébergement d´exception, il faut que ce soit justifié. Donc il ne fait pas se borner sur les pousadas, sauf bien sûr dans les endroits où il n´y a pas autre chose, à Parati, à Ouro Preto, Tiradentes, Olinda, etc.

Question –Sinon, dans son choix d´hébergement au Brésil y-a-t´il les pièges à éviter ?

BG – Ni plus ni moins qu´ailleurs, cette question de l´hébergement est internationale, et là, à moins d´y être aller ou d´avoir un avis d´un proche confiable, on ne peut pas l´évaluer à l´avance. Par contre, on peut se méfier des propositions trop alléchantes, mais ça c´est valable pour tout. Ce qu´il faut avant tout c´est faire le bon choix de la localisation. Il y a vraiment des endroits et des rues glauques où il est préférable de ne pas se loger. Mais l´hôtelier évidemment ne le dit pas, au contraire, il s´intègre à un lieu attrayant, comme par exemple une plage ou un centre historique. Mais son hébergement est-il vraiment aussi bien situé qu´il le fait miroiter ? C´est là le danger, car très souvent il est vrai que l´hébergement est près de la plage ou dans le périmètre du centre historique, mais s´il y a une ou deux rues coupe-gorge pour y accéder on est mal loti, bien sûr l´hôtelier n´aura pas menti, géographiquement il est dans le vrai, mais en sécurité il est dans l´omission. Tout cela malheureusement c´est difficile à prévoir.

Question –En tant qu´hôtelier toi-même as-tu des conseils, toi comment tu t´y prend pour faire ton choix ?

BG – Quand je voyage je fais comme la majorité des gens aujourd´hui, je vais d´abord sur Internet. Il y a des tas de sites spécialisés avec des commentaires de clients et des listes par catégorie. En général les listes sont très complètes et on peut s´y faire une idée des prix et des possibilités sur cette destination.

Quant aux commentaires, par expérience je les prend avec des pincettes, car si certains sites ne publient que des commentaires de clients ayant réservés par leurs services, là au moins on est presque sûr qu´il s´agisse de vrais commentaires, d´autres, dont les plus connus, publient tout ce qu´il reçoivent. Ce qui veut dire qu´ils publient des commentaires de gens qui n´ont jamais séjouné dans l´établissement, ce sont des faux commentaires. Il est très tentant pour un hébergement de s´auto-promouvoir en faisant écrire tous ses copains et amis, ou encore en achetant des commentaires positifs (comme cela a été dénoncé récemment par les professionnels du tourisme) et de se retrouver ainsi parmi les meilleurs hôtels sur une destination.Bien sûr c´est un sorte de fraude, mais c´est malheureusement très courant et on a pas encore beaucoup de moyens d´éviter ça.

Pour contourner cela moi j´essaie de faire un tour d´horizon de tous les hébergements sur la destination, ou le quartier, qui m´intéresse ; par exemple si le nombre de commentaires y est de 50 en moyenne par hébergement, je me méfierais de celui qui en a des centaines ou des milliers, pourquoi donc ses clients écriraient plus que ceux des autres hébergements ? Et pire encore si la totalité des commentaires, ou quasiment, sont positifs, c´est douteux. Ou le petit malin de gérant est posté avec un révolver à la réception et oblige chaque client à écrire un commentaire favorable, ou il « braque » amicalement tout son réseau de copains et les copains des copains, pour se faire envoyer des commentaires positifs ; commentaires qu´il rédige d´ailleurs souvent lui-même, ou qu´il suggère, et qui ressemblent fort à de l´auto-promotion, c´est flagrant quand on scrute un peu mieux les textes. Souvent aussi les gérants se font citer dans les commentaires, ça créer une ambiance familiale, mais franchement, qui dans un voyage va systématiquement se souvenir à son retour du nom des gérants des hôtels où il a séjourné ?

Et puis il faut être réaliste, on n´est jamais 100% parfait sur toute la ligne, aucun hôtel ne l´est, sauf peut-être les grands 5 étoiles, et encore. Aucun établissement n´est à l´abri d´une panne d´installation, d´un employé mal réveillé, d´un fournisseur qui vous lâche au dernier moment, etc, etc, un hôtel ça vit, c´est comme une maison, il y a parfois des petits pépins, c´est inévitable. Alors quand je fais mon choix je me méfie de ceux qui sont « trop parfaits », un peu d´authencité me semble bien plus rassurant.

 

Question –Et les agences de voyages dans tout ça, peut-on leur faire confiance pour les hébergements?

BG – Elles restent sans nul doute le meilleur moyen de ne pas se tromper, en tout cas pour les agences spécialisées qui connaissent parfaitement les destinations qu´elles vendent. Sur un pays comme le Brésil, où il n´est pas toujours facile d´obtenir des précisions sur les hébergements, l´agent de voyage peut faire la différence, car finalement c´est son expérience et ses connaissances qu´il propose. On est loin de la jungle de l´Internet et des emballages qui cachent le contenu, les agences proposent du service, alors que l´Internet c´est le contraire, c´est l´antithèse du service.Acheter un billet d´avion sur Internet, ou réserver des nuits d´hôtels, rien n´est plus facile, par contre essayez ensuite d´en changer les dates, vous comprendrez alors ce que signifie vraiment le mot service, et je ne parle pas des problèmes qu´on pourrait avoir sur place avec sa réservation.De toute façon je pense que cela ne coute rien de frapper à toutes les portes, on doit chercher sur Internet bien sûr,  mais on doit aussi consulter les agences, c´est tout à fait compatible, c´est seulement comme ça qu´on mettra toutes les chances de son coté, qu´on obtiendra les informations les plus fiables sur un hôtel, sur sa véritable localisation et la teneur réelle de ses prestations, car un agent de voyage spécialisé connait l´établissement, et au fond rien de tel que le vécu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *