La région SUDESTE

La région SUDESTE (sud-est du Brésil)

Cette région est composée de quatre Etats, dont trois sont parmi les plus connus du Brésil, São Paulo, Rio de Janeiro, Minas Gerais, et Espirito Santo. C´est la région la plus riche du pays, elle concentre près de 60% du PIB national, c´est aussi la plus peuplée, avec près de 85 millions d´habitants, dont plus de 50 millions habitent dans les deux mégapolesque sont São Paulo et Rio de Janeiro. La région a la population la plus urbaine du pays, 93% de ses habitants vivent en zone urbaine. C´est aussi elle qui concentre la moitié de la population des favelas du pays, près de 6 millions de personnes. 

La richesse de cette région provient de son industrie (premier parc industriel du pays), puis du commerce et des services, et enfin de l´agriculture, puisque c´est la principale productrice de canne à sucre, de café, de coton, d´orange et de maïs. On remarque que cette production agricole est étroitement liée à l´exportation, la prodution ou ses dérivées, sont en grande partie exportées.

La géographie de la région est très diversifiée, avec quatre principaux types de climat, tropical d´altitude, tropical de la côte, sub-tropical (sud de São Paulo) et semi-aride (ouest de Minas Gerais). Le climat tropical de la côte, où l´on trouve ce qui reste encore de la magnifique Mata Atlântica (forêt atlantique), est celui de la ville de Rio. Les massifs montagneux (serras) dominent la région, c´est elle qui a l´altitude moyenne la plus haute du Brésil entre 800 et 1.000 m, et Campos do Jordão, dans l´Etat de São Paulo, qui est la ville la plus haute du pays (1.650 m). La température moyenne y est de 8°. Mais le sommet le plus haut de cette région se trouve dans le Espirito Santo, c´est le Pico da Bandeira avec 2.891,98 m d´altitude. A l´inverse, Rio se situe à + 2 m du niveau de la mer, ses températures extrêmes peuvent aller de + 43° en janvier et seulement + 7° en juillet.

Par ailleurs, la région est aussi composée de vastes plaines et de la brousse sur le plateau central (ouest du Minas Gerais). Elle est arrosée de nombreux fleuves et la côte, surtout entre Rio et São Paulo, offre le spectacle d´une multitude d´îles et îlots recouverts de végétation tropicale.

La population du sudeste est en majorité blanche (près de 60%), et c´est la région qui a reçu le plus d´émigrés au cours de son histoire, on estime aujourd´hui à 70 nationalités d´origines, parmi les plus nombreux les Italiens, Japonais, Allemands, Syriens, Libanais, Espagnols, Polonais, Suisses, Coréens, Hollandais, etc.

Quant à l´histoire de la région, elle est aussi riche que son économie ! En fait la région a connu le second grand cycle économique de la période coloniale. Le Brésil a été découvert bien plus haut, à Bahia, dans la région nordeste (celle-ci a fourni les premières richesses de la colonie, bois de teinture au début, puis canne à sucre), mais c´est la région sudeste qui devient dès le XVIIème siècle le fleuron des possessions portugaises. Cette transformation est provoquée par deux évênements majeurs. Le premier est la découverte d´or dans le Minas Gerais, à Ouro Preto exactement. Nous sommes alors à la seconde moitié du XVIIème, et c´est une véritable ruée vers l´or que va connaitre tout l´arrière-pays de la région. En conséquence, les villes de la côte se développent, puisque c´est grâce à leurs ports que sont exportées les nouvelles richesses vers Lisbonne. Le nordeste du Brésil entame alors son déclin économique (il ne s´en est toujours pas remis !) et la capitale du Brésil, qui était Salvador de Bahia depuis 1549, est transférée à Rio de Janeiro en 1763 (elle le restera jusqu´en 1960, année où la capitale deviendra Brasilia). Le port de Parati, sur la côte de l´actuel Etat de Rio de Janeiro, devient le principal port d´exportation de l´or puisqu´il se trouve en ligne presque directe avec les mines du Minas Gerais. Rio de Janeiro concentre alors toute l´administration coloniale du Brésil.

Le second évênement datede 1808, et c´est grâce à Napoléon Bonaparte ! Ses armées sont en Espagne et menacent d´envahir le Portugal. Le roi Dom João VI du Portugal fait alors ses bagages avec toute sa cour et s´exile à Rio de Janeiro. La flotte composée de 15 navires, emporte avec elletout ce que le Portugal compte à l´époque de nobles, de scientifiques, deprélats et d´autres personnages importants. Il emporte aussi les oeuvres d´arts, les archives d´Etat, et bien sûr le trésor royal. Après une longue escale à Salvador, la cour portugaise débarque à Rio le 8 janvier 1808.

Rio de Janeiro devient alors la capitale des possessions portugaises et João VI se retrouve à la tête d´un pays qui fait près de 100 fois la taille de celui qu´il vient d´abandonner aux armées de Junot… La ville se transforme complétement pour devenir une vraie capitale. Vient ensuite toute la période impériale qui se termine en 1889 et qui fera de Rio de Janeiro la ville la plus importante de l´hémisphère sud. Toute la région sudeste se développe à partir de Rio à cette époque.

Mon avis sur le coté touristique

Son histoire, sa diversité et son dynamisme, font de cette région l´une des plus attrayantes du pays. On peut y effectuer un voyage en restant uniquement sur cette partie du Brésil tant elle est riche en diversité et beauté. Les avantages, en plus des interêts touristiques, sont qu´on s´y déplace facilement, important réseau routier, vols courts car la région est relativement petite (seulement un peu moins de deux fois la France), on y trouve une multitude d´hébergements, des plus simples aux plus sophistiqués, et enfin, Rio de Janeiro et São Paulo sont les villes d´entrée au Brésil pour les vols transatlantiques directs.

Sur le littoral au sud de Rio, je conseille de parcourir la « Costa Verde », qui s´étend de Rio à Santos dans l´Etat de São Paulo. La partie la plus belle se trouve entre Angra dos Reis et Ilha Bela, avec des escales incontournables à Ilha Grande et à Parati. C´est sans nul doute le plus beau tronçon de route du pays, d´un coté la côte, avec ses criques et ses îlots, et de l´autre la forêt tropicale qui s´accroche aux flancs des collines. Parati est une petite ville dont le centre historique est considéré comme un joyau de l´époque coloniale.

Au nord de Rio sur la côte, si on recherche une station balnéraire à la mode, il faut aller à Buzios. Essentiellement fréquentée par les Cariocas, on y voit une statue grandeur nature de Brigitte Bardot, et oui, c´est après son passage à Buzios en 1964 que ce petit village de pêcheurs est devenu le St Tropez brésilien ! Les paysages y sont très différents de la Costa Verde, il s´agit ici plutôt de dunes, lagunes et plages de sable fin.

En remontant le massif montagneux derrière Rio de Janeiro, je conseille des visites aux petites villes comme Petropólis, Teresopólis, qui étaient les sites de villégiatures de la famille impériale du Brésil au XIX, ou encore Nova Friburgo, fondée par des familles du canton suisse de Fribourg au XIX. C´est assez fou de retrouver un petit coté alpin à deux pas de Rio. Si on a choisi de rejoindre Minas Gerais en voiture, ces villes se trouvent surle trajet, donc haltes recommandées.

Vers le sud de l´Etat de Rio, j´aime beaucoup la région du parc national de Itatiaia, le village de Visconde de Mauá, peu fréquentée par les touristes étrangers, c´est un site encore assez sauvage avec des paysages de montagnes et des vallées couvertes de végétation. On peut aussi rejoindre le sud de Minas Gerais par cet endroit, ou encore la vallée du café (Vale do Café) vers Bananal (Etat de São Paulo) et connaitre, ou même séjourner dans les anciennes fermes de café, tout dépend de son timming.

Pour résumer, je conseille vivement si on a peu de temps, d´effectuer un séjour à Rio et d´aller jusqu´à Parati, en évitant la période « froide » (en gros d´avril à août). Si on a plus de temps, on peut revenir sur Rio et remonter vers Petropólis et par là rejoindre le Minas Gerais.

2 Comments

  • GRISEZ dit :

    Bonjour Bruno,

    Je vis à São-Paulo depuis un an. J’ai découvert votre blog par hasard, il y a 6 mois et depuis, je vais régulièrement lire vos nouveaux posts. J’aime la clarté de vos articles, la diversité des sujets et surtout votre approche interdisciplinaire. Bravo pour cet article sur le Sudeste et pour tous les autres. Continuez à nous faire découvrir le Brésil sous toutes ses facettes. Merci

    • Bruno dit :

      Merci Emmanuelle pour vos encouragements et n´hésitez pas à me demander si vous avez des doutes sur un sujet. Comme vous habitez São Paulo, je vous informe que je vais très prochainement publier un texte sur des visites dans cette ville. A très bientôt et merci encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *